Partager

Le stade du 26 mars de Bamako a abrité, le 31 mars 2012, un grand meeting organisé par le Mouvement populaire (Mp22) du 22 mars regroupant plusieurs partis politiques, associations et syndicats. C’était sous la houlette du Dr Oumar Mariko, Secrétaire général du parti Sadi, en présence de beaucoup de personnalités.

Les militants et sympathisants du MP22 ont mobilisé leurs forces pour marquer leur soutien indéfectible au Comité National du Redressement de la Démocratie et de la Restauration de l’État (Cnrdre). Le stade du 26 mars était pavoisé de banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « MP 22 soutient le Cnrdre », « Le Mali peut tanguer mais ne chavirera jamais, le Mali est au dessus de tout », « Abas l’ingérence étrangère », « Gloire à Oumar Mariko ». Le meeting a débuté et a pris fin par l’exécution de l’Hymne national du Mali. Rokia Sanogo a expliqué que la création du MP 22, le 23 mars 2012, faisait suite au coup d’État effectué le 22 mars 2012 par le Cnrdre.

A ses dires, ce coup d’État est un sursaut salutaire pour engager toutes les forces vives de la nation, la lutte pour le redressement de la démocratie et de la restauration de l’État, un sursaut salutaire pour la défense de l’intégrité territoriale, la cohésion du pays. Elle a indiqué que les objectifs du MP 22 sont : soutenir le Cnrdre dans sa lutte de la crise au nord, veiller à l’approfondissement du processus démocratique, appuyer le Cnrdre dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite.

Mariam Diawara a soulignée que le MP22 a suivi avec stupeur et déception le communiqué final de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao du 27 mars 2012. Le MP22 réaffirme son opposition à l’ordre ancien.

Le MP22, a-t-elle dit, interroge la Cedeao sur les différents problèmes tels que : l’insécurité au nord, la violation de la loi électorale par l’exclusion de l’opposition de la commission électorale nationale indépendante (Ceni), la violation de la constitution en son article 118 alinéa 4 par le président de la République, la violation de la souveraineté nationale par l’admission de toutes sortes de bandes armées dans le nord du Mali (Aqmi, narcotrafiquants, Mnla, salafistes, les bandes armées provenant de la Libye) ; la violation du protocole de la Cedeao qui interdit toute modification de constitution à 6 mois des élections.

Elle a déclaré que face à la menace des chefs d’État de la Cedeao, le peuple malien sait compter sur les peuples frères de la Cedeao pour éviter un bain de sang au peuple du Mali.

Selon Hominy Belco Maïga, président de l’assemblée régionale de Kidal, la crise au nord est due à la richesse minière de la zone et est la conséquence de la crise Libyenne. « Si vous êtes là aujourd’hui, c’est à cause de Kidal, Gao et Tombouctou.

C’est à cause également de la mauvaise gestion de la crise du nord », a-t-il dit. Selon lui, il faut un sursaut national pour éviter l’hémorragie dans le pays. Il a souhaité l’intégrité territoriale avant les élections. Il a demandé à tous d’être vigilants car même Bamako n’est pas épargné par les attaques rebelles. « Il y a de l’espoir. Nous avons perdu une bataille et non la guerre », a-t-il conclu.

Pour Dr Oumar Mariko, la crise qui sévit dans le septentrion malien est due à la trahison d’ATT. Il a déploré le massacre commis à Aguel Hoc. A son avis, la communauté internationale devrait comprendre le sursaut d’orgueil du peuple malien et chercher les motivations réelles du coup d’État avant de le condamner.

Selon lui, le Cnrdre dirigé par le capitaine Amadou Haya Sanogo doit être félicité, car il a fait un travail salutaire. Il est temps que les partis politiques soient réalistes car le peuple malien vivait avant ATT et vivra après ATT, de l’avis du Dr Mariko. A l’en croire, l’avion de la Cedeao a refusé d’atterrir le jeudi dernier et non par un empêchement du peuple malien. Il invite le Cnrdre à rester à l’écoute du peuple. « Nous ne lâchons pas le Mali à qui que ce soit. Je vous demande de vous unir car l’union fait la force », a conclu Dr Mariko.

Aguibou Sogodogo /Hadama B. Fofana

02 Avril 2012