Partager

Au cours d’une conférence de presse animée par le MP 22 sur la situation de Kidal, le secrétaire général du Parti SADI, le Dr Oumar Mariko, candidat à l’élection présidentielle de juillet 2013 a donné des éclaircissements. Sans détours, l’ancien leader estudiantin de 1991, avec le franc- parler qu’on lui connaît a dénoncé les démarches obscures du président par intérim contre le Mali. Lisez plutôt.

«Je crois que les orpailleurs ont gagné le procès en appel contre la société minière AGG, c’est pourquoi jusqu’à la date d’aujourd’hui, ils n’avaient pas été démantelés. S’agissant de la question de l’utilisation politicienne de ce combat, celui qui l’a dit, c’est d’abord le ministre des Mines, Dr Amadou Baba SY et ensuite le président de la Chambre des mines Abdoulaye Pona l’a enchaîné.

Je voulais d’abord dire qu’il faut dénoncer la barbarie des forces de l’ordre et de sécurité, non seulement elles ont été violentes et barbares contre les miniers et contre les populations, elles ont aussi volé, ce qui fait honte à la tenue malienne. Il faut aussi noter que les gens ont été clairement blessés : il y a eu des morts, ça doit révolter toute la nation et le gouvernement doit présenter des excuses au peuple malien. Mais voyez-vous depuis 1992, c’est le même comportement, le mépris contre le peuple. Ils méprisent le peuple, d’une part, et d’autre part, ils ne croient pas en ses capacités, ni intellectuelles, ni physiques, c’est pourquoi ils ont fait venir la France. Et Dieu merci, aujourd’hui beaucoup de Maliens ont compris que nous avions raison.

D’abord, pour le problème des miniers, quand M. Pona a dit qu’il y a eu une utilisation politicienne, il a trop tôt oublié. Tout Kayira est témoin, le président de la Chambre des mines et toute son équipe étaient tout le temps ici à Kayira, quand on lui avait volé sa victoire contre Amadou Djigué. C’est l’homme politique, que je suis en face de vous que M. Pona a appelé plusieurs fois et a envoyé ses émissaires pour me rencontrer. Et à l’époque, j’ai rencontré le président de la république, Amadou Toumani Touré, pour lui dire : il faut le rendre sa victoire! Et nous avons mobilisé toutes les radios Kayira. Il ne nous a pas donné de l’argent, allez-y lui demander! Maintenant la question : est-ce qu’il ne savait pas à l’époque, que nous étions des politiciens ? Il faut que des gens arrêtent….

Pour moi, Pona est un complice qui veut avoir un pied là et un autre pied là et ça ne marche pas. La question de dire, qu’ils ne sont pas en train de faire l’orpaillage traditionnel, parce qu’ils ont des engins lourds, mais ça vient de qui, c’est lui. Il n’a même pas dénoncé, qu’il y a eu des violences à Foroko et à Kobadani. Je crois que cette histoire est très claire, le ministre Amadou Baba SY est membre du Comité directeur du Parti CNID. Il n’est pas politicien ? Et le Pr. Dioncounda Ttaoré, il est le président de l’Adema, donc il faut qu’on arrête d’emballer les gens.

Concernant la situation à Kidal, un militaire du CNRDRE, m’a dit un jour : «mais Mariko, je ne connais plus les vrais putschistes, il y a eu quatre coups d’Etat au Mali. Nous avons fait le coup d’Etat à ATT (un), la CEDEAO est venue nous faire le coup d’Etat pour remettre le pouvoir aux héritiers d’Amadou Toumani Touré (deux), le peuple Maliens a fait le coup d’Etat contre Dioncounda, qui a été lynché (trois) et enfin la communauté internationale, la CEDEAO et le FDR sont venus faire le coup d’Etat au peuple (quatre).

Alors, qui sont au pouvoir aujourd’hui, les putschistes. Ces putschistes sont, la France, le FDR, la communauté internationale, ce sont eux, qui sont au pouvoir, représentés par les Dioncounda et autres. Aujourd’hui, s’ils avaient âme de démocrate, âme de républicain, ils auraient dit tout simplement que nous avons atteint les limites de la constitution.

En ce moment, ce sont les assises nationales qu’il fallait faire, c’est ça la civilisation. Mais les barbares qui sont au pouvoir, vous les voyez tous les jours dans leurs comportements barbare et ridicule contre le peuple. Et maintenant pour parler de quelque chose, que les gens ne parlent pas beaucoup «qu’est ce qui ce passe à Ouagadougou et à Kidal ?” Moi, je ne suis pas d’avis de tout le monde qui dit que, toutes ces rébellions sont tous pareilles. Pour la preuve, quand nous avons rencontré les gens de l’Ançar-dine à Niafounké deux fois, je me suis fait interpeller par des diplomates Américain et Français, ils m’ont dit : «mais, comment vous avez rencontré, vous, des djihadistes, des islamistes, terroristes?».

J’ai dit : «écoutez, est-ce que je suis un djihadiste, un islamiste ?» -Ils disent non. J’ai dit : comment vous avez fait pour vous mettre d’accord avec Al-Qaïda pour combattre Kadhafi ? Je leur ai posé la question, ils ont fermé la bouche. J’ai dit : vous, vous avez eu besoin d’Al-Qaïda pour faire la guerre dont nous sommes entrain de gérer les conséquences, si moi je peux travailler avec les djihadistes pour faire la paix dans mon pays je le ferais et personne ne pourra me l’interdire. C’est pourquoi, j’ai rencontré ce que vous appelez les djihadistes que je n’appelle pas djihadistes. J’ai débattu avec eux et je l’ai compris.

Dieu merci aujourd’hui tout ce qui a été dit contre nous à cette époque, ces gens là que nous avons rencontrés à Niafounké n’ont pas participé à l’attaque de Konna «an ba fô, ka flé tigui fô bè kamè !». Même la Sécurité d’État qui m’a enlevé a reconnu que ceux-ci n’avaient pas participé à l’attaque de Konna. Donc ça valait la peine ! Ce que je vais dire et sur lequel les gens ne réfléchissent pas beaucoup, observez bien Kidal observez ce qui se passe à Ouagadougou, tout se trouve dans la philosophie de politique et de déclarations politiques de Mr Dioncounda Traoré quand il est venu d’Addis Abeba.

Dioncounda a dit sur Rfi : les membres de la COPAM sont disqualifiés, les Ganda iso, Gandakoi et FLN ne sont que du folklore. Le MIA, c’est Ançar-dine qui a été battu et qui s’est transformé en Mia. Il a dit finalement, les seules forces crédibles avec lesquelles on peut discuter, c’est le MNLA. Mais, camarades journalistes, chers amis de la presse vous n’avez pas noté ça. J’aurais bien voulu voir la presse relayer que Oumar est Ançar-dine et Dioncounda MNLA.

Vous savez, le temps permet d’éclaircir beaucoup de choses.
Notre problème à nous, c’est que nous pouvons nous tromper, mais nous n’allons jamais tricher avec nos peuples. Ce qui se passe à Ouagadougou, il y a le MNLA porté par la France, le FDR avec le garçon de course de Dioncounda M. Tiébilé Dramé. Et depuis que nous l’avons dit, son statut de garçon de course a été officialisé. Il est devenu émissaire. Bon garçon de course !!! Donc, il y Tiébilé Dramé, l’émissaire de Dioncounda Traoré à Ouagadougou représentant donc le FDR, le MNLA, le Haut Conseil de l’Azawad qui regroupe les autres forces.

Alors, la France est derrière le MNLA et le soutient. Dioncounda et le FDR sont derrière la France qui l’ont appelée à venir soi-disant libérer le Mali. Iyad Ag Ali qui a fait l’attaque de Konna est derrière la France. Donc, ils sont en train de se battre à Ouagadougou pour que le haut conseil de l’Azawad accepte de discuter avec le MNLA, ce qui a été fait.

Maintenant, ils veulent que le Haut conseil s’entende avec le MNLA. Donc, Dioncounda Traoré, la France et Tiébilé sont en train de travailler pour que le Haut conseil de l’Azawad rejoigne les thèses politiques du MNLA. Quand ceci sera fait, il y aura déjà un bloc en ces moments là.
Les revendications politiques du MNLA vont être portées par un groupe plus homogène avec le FDR qui va venir mettre son intelligence pour que la marchandise passe. Tout cela pour contacter la France. Voilà ce qui se passe, c’est pourquoi il ya eu ce débat en France, le Haut conseil de l’Azawad et le MNLA.

Si c’est une histoire de Touaregs, Arabes, pourquoi ils ne s’entendraient pas ? C’est qu’ils ne sont pas d’accord avec la thèse de séparation du Mali, et la France a fait son choix : c’est le MNLA. Pour moi, le Haut conseil de l’Azawad doit renoncer aux thèses du MNLA. Il doit refuser d’avoir les mêmes revendications que celui-ci, le rejeter parce que la France sait bien que le MNLA, on en ferait une bouchée si elle n’est pas là. Parce qu’il n’existe pas. C’est un fantôme ! Ce qui existe, ce sont les revendications politiques du MNLA qui sont portées par le FDR, par Dioncounda et par la France.

Maliens, cherchons-nous ! que le MP22, la COPAM, … ceux qui sont les vrais Maliens, qu’ils donnent la main à ceux qui résistent là-bas contre le MNLA et la contradiction principale entre la France et le peuple malien on va la régler. C’est pourquoi, je dois féliciter, ici, les jeunes de Gao pour la marche qu’ils ont faite et les revendications claires et précises qui sont dans leur déclaration.
Il faut les féliciter et Bamako doit prendre l’exemple sur Gao.

On le sait parce que quand nous avons dit, au Parti SADI en son temps, que nous n’allons pas aux élections parce qu’il y a une question de sécurité, ATT n’avait pas encore chuté. Gao a marché, et là-bas, des gens qui ne sont même pas des militants du parti SADI ont soutenu notre position en disant : «vous étiez le seul parti à dire que les élections ne sont pas possibles si l’insécurité persiste».

Les jeunes de Gao avaient marché pour nous soutenir. Je pense que franchement, quand on regarde cette situation au nord du Mali aujourd’hui, nous sommes en contradiction flagrante avec la France. C’est la France qui veut diviser notre pays, c’est la France qui a entraîné les Etats-Unis et toute l’Europe dans la démarche de division de la République du Mali.

Je dois vous donner une information : à Tessalit, avant les mises en sac qui sont en train d’être faites aujourd’hui à Kidal il y a quatre ou cinq jours, le MNLA a organisé une marche à Kidal et exiger que les populations sortent pour marcher, la population a refusé, ils ont usé de la violence pour que les populations marchent. Il y a eu des gens qui ont refusé et qui disaient «nous ne pouvons pas marcher parce que nous sommes des Maliens !» Ce n’est pas des noirs ; c’est des tamasheqs blancs. «Nous sommes des Maliens et 99% de la population de Tessalit se réclament du Mali !»

“Il va falloir que l’on reproduise ces informations là. Et, ils ont arrêté des gens qu’ils ont mis en prison au commissariat les ont libérés après. Et je crois que ces informations doivent passer pour qu’on sache une fois pour toute que la France est venue nous recoloniser».

Bakary COULIBALY

L’Inter de Bamako du 25 Juin 2013