Partager

– «Il y a une lueur d’espoir pour la réouverture de l’HUICOMA …»

Le secrétaire général du Parti SADI Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) Dr Oumar Mariko s’est rendu à Kouloikoro, le samedi 23 juin dernier, pour animer une conférence d’information à la maison du peuple. Il s’est entretenu avec les militants et sympathisants de son parti sur la crise que traverse le Mali depuis le coup d’état du 22 mars dernier et la situation de Huicoma. « Dioncounda a été le président intérimaire, il n’a pas pu organiser les élections dans les 40 jours comme prévu. Il n’est pas le président de la transition… » a expliqué Mariko.

La crise socio politique et institutionnelle du Mali depuis le coup d’état du 22 mars dernier continue de défrayer la chronique et secouer les débats de tout bords et à tous les niveaux d’ordre social au Mali. Mais les vraies informations passent généralement moins entre les différentes couches socio professionnelles. C’est conscient de tout cela et surtout pour raffermir la cohésion entre la classe dirigeante et les militants que Dr Mariko était venu à Koulikoro.

Quelques points étaient au centre des débats. Il s’agissait d’abord pour le conférencier de faire l’état des lieux de la situation socio politique et institutionnel du Mali et tracer les perspectives de son regroupement politique la COPAM pour une sortie de crise. Le problème de l’HUICOMA a pris une part importante des débats.

Pour le Dr Oumar Mariko, il s’agissait d’expliquer aux militants du parti la situation politique du Mali et comment le Mali peut réellement entreprendre le chemin de la démocratie. A ce sujet, le parlementaire dire qu’il y’a pas eu de coup d’état au Mali contre la démocratie, mais un coup d’Etat contre la monocratie qui s’est installée dans notre pays et ploutocratie qui était l’expression de cette démocratie. Il ajoutera que le coup d’Etat est un instrument d’ajustement la situation socio politique exprimé par une forme de démocratie qui a trahi les idéaux de la révolution de Mars 1991.

Par rapport aux perspectives, Dr Oumar Mariko a réitéré son opposition concernant la présidence de la transition par le Pr Dioncounda Traoré. Pour lui Dioncounda n’est pas le président de transition. A cela il avoue que « Dioncounda était le président intérimaire qui devait organiser les élections, il ne l’a pas fait et il n’a pas déposé de bilan par rapport à cette activité que la Cour constitutionnelle lui a conféré, alors son mandat est terminé et il n’est pas le président de la transition…. ».

Pour une solution de sortie de crise, Dr Mariko s’est assez appesanti sur la mise en œuvre des conclusions de la convention du 21 et 22 mars derniers, qui correspond, selon lui, à une sollicitation de la CEDEAO qui s’est reniée et à une exigence du peuple malien.

A la question de l’HUICOMA qui a rebondi dans les débats et qui fut la préoccupation d’une frange importante des participants à la conférence, le député dira qu’il ya une lueur d’espoirs pour la reprise des activités. Il a rappelé à ce sujet que l’ancien Vérificateur général, Sidi Sosso Diarra, qui, à la suite d’une interpellation à l’Assemblée nationale, avait proposé que l’unité industrielle devait être retirée à Tomota. Celui-ci, devenu conseillé du Premier ministre de la transition avec rang de ministre, travaille, selon M Mariko, pour la reprise des activités. Et Oumar Mariko de recommander aux travailleurs de rencontrer celui-ci pour qu’il intervienne auprès du Premier ministre pour l’application de la décision du retrait de Tomota de l’HUICOMA et sa restitution aux travailleurs qui, bénéficieront de l’accompagnement de l’Etat afin que ce joyau industriel revienne dans le giron de l’économie malienne.

La conférence a pris fin par l’adhésion de cinq grosses pointures politiques de la région au parti SADI.

Zoumana NAYTE

Correspondant local

L’Indépendant du 26 Juin 2012