Partager

bretaudeau.jpgEn début de semaine, lors de la 41è session ordinaire du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) à Ouagadougou, le Conseil des ministres du CILSS a porté son choix sur notre compatriote le Dr Alhousseïni Bretaudeau comme nouveau secrétaire exécutif de l’organisation régionale. La campagne de la délégation malienne conduite par le ministre de l’Agriculture Seydou Traoré a porté fruit. En effet, _ Alhousseïni Bretaudeau, professeur à l’Institut polytechnique rural de formation et de recherche appliquée de Katibougou, (IPR/IFRA) était en compétition avec des candidats de Mauritanie et du Tchad. Il remplace à ce poste le Gambien Musa Mbenga qui vient d’achever un deuxième mandat de trois ans.

Durant les travaux de cette session, les participants ont examiné les rapports du contrôleur interne, du secrétaire exécutif sortant, et du commissaire aux comptes, élu le nouveau secrétaire exécutif et déterminé le pays qui devra abriter la prochaine conférence au sommet des chefs d’État et de gouvernement.

Le ministre coordonnateur mauritanien a présenté à ses homologues les trois candidatures présélectionnées par la commission. C’est ainsi, que par consensus, la réunion a porté son choix sur le Dr Alhousseïni Bretaudeau.

Cette désignation du Pr Bretaudeau n’est pas le fruit du hasard. En effet, le chercheur malien a un doctorat de troisième cycle en sciences agronomiques, option phytotechnie de l’université des sciences et techniques du Languedoc (USTL) à Montpellier en France. Il possède un diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences agronomiques option phytotechnie de cette même université et un diplôme d’ingénieur des sciences appliquées, option agriculture de l’Institut polytechnique rural de Katibougou. Alhousseïni Bretaudeau est auteur de nombreuses publications scientifiques.

Dr Bretaudeau a été nommé par le ministère français des Affaires étrangères, membre du Comité des experts du Corus-France (Coopération pour la recherche universitaire et scientifique) en 2003, puis en 2006.
Il a été membre du Comité des experts de l’Agence universitaire de la Francophonie en 2005. Depuis 1984, il est professeur titulaire d’agronomie-phytotechnie, de génétique et d’amélioration des plantes à l’IPR de Katibougou.

Il est fondateur et responsable du laboratoire d’agro-physio-génétique et de biotechnologies végétales de l’IPR/IFRA de Katibougou qui compte 25 cadres supérieurs.

Médaillé de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) pour la meilleure invention dans le domaine de l’agriculture/machinisme agricole lors du 2è Salon africain de l’innovation technologique organisé en décembre 2000 à Lomé, son invention a porté sur la mise au point d’une variété améliorée de sorgho qui résiste à la sécheresse.

Cette dernière a fait l’objet de plusieurs thèses en France, notamment à l’Université Paris XII, est sollicitée par de nombreux sélectionneurs comme géniteur pour sa faible sensibilité à la sécheresse et sa paille courte.

Son invention a fait l’objet de demande de nombreux pays et organismes internationaux de recherche et même de gouvernements comme celui de l’Etat de Zanzibar pour lutter contre la sécheresse.

30 mars 2007.