Partager

Douze personnes ont été tuées lundi par des « balles perdues » dans une vague de violences à Kinshasa, a indiqué un porte-parole de la police nationale. « Au titre de bilan provisoire, il a malheureusement été déploré à ce stade quelques pertes en vies humaines, douze personnes fauchées par balles perdues », a déclaré Pierrot Rombaut Mwanamputu dans un flash interrompant les émissions de la télévision publique. Des tirs ont été entendus près de la prison de Makala, cible d’une attaque qui avait conduit à l’évasion de plus de 4.000 détenus en mai, ainsi que dans les communes de Matete et Ndjili vers l’aéroport de la mégapole de 10 millions d’habitants, selon ces témoignages « Ça tire à l’arme légère (…), le marché est fermé », a témoigné un habitant de Selembao, Philemon Mboko, selon lequel le commandant de la police aurait été tué. Des coups de feu ont également été entendu dans les quartiers populaires de Matete (centre est) et de Ndjili vers l’aéroport, selon des témoignages qui évoquent au moins cinq morts dans cette dernière commune.Personne n’a revendiqué ces attaques qui interviennent à la veille de deux journées « ville morte » à l’appel de l’opposition. Ces attaques ont lieu au moment où la RDC se trouve dans une impasse politique liée au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, dont le mandat a échu le 20 décembre. L’opposition demande son départ et des élections. AFP.