Partager

web-33.jpgArouna est un commerçant de vêtements. Célibataire et père de deux enfants, notre commerçant mourait de désir de faire sa vie avec les plus belles femmes de Ouagadougou. C’est ainsi qu’un jour, sur la route menant au petit marché du quartier, Arouna aperçut la bonne dame qui marchait tranquillement.

Sans autre forme de procès, il sortit de sa voiture et stoppa la dame. Les premiers contacts furent pris. Madame n’ira pas par quatre chemins pour dire à notre commerçant qu’elle est mariée à un militaire et que leur relation est pratiquement impossible. Notre militaire toutefois est souvent de garde et Arouna profitera de cette absence pour concrétiser ses désirs.

Petit à petit, il arrive à convaincre la femme d’abandonner son mari pour vivre avec lui car disposant de moyens et de confort. Ainsi notre commerçant réussit et la bonne dame abandonna son militaire pour atterrir dans les bras de Arouna. Tout se passa dans les meilleures des conditions et notre militaire n’usa ni de menaces ni de coups contre sont rival, malgré qu’il sut que sa femme avait été détournée par un commerçant. Madame militaire devint ainsi madame commerçant et tout allait bien pour le grand bonheur des deux complices.

Mais voilà que se manifesta une chose à laquelle les deux ne se sont pas intéressés, mais qui deviendra la source de la discorde. Pour Arouna, la femme n’est utile que si elle est capable de faire des enfants et beaucoup d’enfants. A sa grande surprise, la belle et charmante dame a connu des problèmes génitaux et elle ne peut pas avoir d’enfant. Ne serait-ce pas pour cela que son militaire n’avait pas tardé à lui rendre sa liberté ?

Arouna décide alors de rompre ses relations et de lui faire quitter sa cour. Mais elle refusa de partir. Chaque soir au retour du marché, ce sont des échauffourées entre les deux amoureux. De bouche à oreille les faits parviennent à l’ex-conjoint de la dame. Un jour notre militaire se rendit chez Arouna devant toute la famille, il menaça notre Arouna en lui disant qu’il n’est plus question d’abandonner son ex-épouse.

Le jour qu’il la chassera, il aura à faire à lui avait-il conclu. Notre Arouna fut donc comme condamné à vivre avec celle qu’il n’aimait plus que par la menace de notre soldat qui tenait dans cette union forcée un moyen de se venger. Aujourd’hui, Mme soldat devenue Mme commerçant a réussi à prendre une grossesse qui malheureusement pour elle s’est terminée par une fausse-couche. Il faut toujours se rappeler que tout ce qui brille n’est pas or.

Kibsa KARIM | L’Hebdo

20 septembre 2007