Partager

En effet, dans la nuit du 21 au 22 Août 2006, aux environs de 3 heures du matin, le commissariat de Police du 9e Arrondissement de Sébénikoro, sur appel téléphonique d’un voisin, a été informé qu’une bagarre venait d’éclater dans une famille à Dramanebougou, au cours de laquelle l’enfant a éventré son père et donné des coups de couteau au gardien de la famille voisine, venu au secours de la victime.

Immédiatement l’équipe de patrouille sous la direction de l’Inspecteur divisionnaire Mahamadoun Haïdara de permanence, s’est rendu sur les lieux où il y avait effectivement deux blessés : le père de l’auteur, Moussa Diarra avait été eventré par son fils Mamadou Diarra.

Selon les informations recueillies sur place, lorsque le père et son fils se battaient, le gardien de la famille voisine, Mamoudou Haïdara, 55 ans, né à Bamako de feu Yaya et de Bintou Haïdara, est venu au secours du vieux Moussa Diarra gissant dans son sang. Le meutrier Mamadou Diarra, muni du même couteau qui lui a servi à eventrer son père, donna quelques coups à celui-ci.

L’équipe de patrouille est parvenue à maîtriser le meurtrier, qui avait lui aussi des blessures légères.
Ainsi, à bord du véhicule de police, les trois blessés : le père, le fils, le gardien ont été évacués d’urgence à l’hôpital Gabriel Touré où le gardien a aussitôt succombé à ses blessures. Quant au père, admis aux urgences, il mourra à son tour quelques heures plus tard.

Mais le père, avant de rendre l’âme, a indiqué que son fils est atteint d’une folie aléatoire, c’est à dire une folie qui le prend de temps en temps, et de façon momentanée.

Le meurtrier, Mamadou Diarra est à l’urgence de l’hôpital Gabriel Touré, sous bonne surveillance policière, en attendant son évacuation à l’hôpital du Point G devant un psychiatre, qui se prononcera sur son état de démence.

Selon l’Inspecteur de Police, Mamadou Nomoko, chef de la Division recherches et renseignements, une enquête est ouverte, aucours de laquelle les témoins, le meurtrier, les parents des deux victimes seront entendus. Et la procédure sera ensuite envoyée au parquet.

Moussa TOURE

23 août 2006.