Partager

Un véhicule 4×4 bourré d’explosifs a sauté tout près du portail du principal camp militaire de la zone de défense n°2 au nord-est d’Agadez. Selon plusieurs sources, la violence de l’explosion qui s’est produite au petit matin a provoqué la panique dans la ville. La réaction des militaires du camp a été énergique. Les combats ont cessé et les assaillants auraient été encerclés. Selon le ministre de la Défense, Mahamadou Karidjo, «les assaillants ont été neutralisés». Une seule certitude aujourd’hui : on peut dire que le Mujao a infiltré le nord du Niger. C’est la première fois que ce pays est pris pour cible par ce type d’attaques. Mahamadou Karidjo désigne des « peaux rouges », un terme utilisé dans cette région pour qualifier les communautés touarègue et arabe. La seconde attaque, simultanée, s’est produite à Arlit, la cité minière. Un véhicule également bourré d’explosifs a sauté tout près de l’usine de la Somaïr, qui n’a pas été endommagée. Areva annonce dans un communiqué que 13 employés ont été blessés par la déflagration. La Somaïr, Société des mines de l’Aïr, est une filiale d’Areva en copropriété avec l’Etat nigérien. Elle exploite depuis 1971 plusieurs gisements d’uranium dans le nord-ouest du Niger. Les assaillants ont trompé la vigilance des gardiens en pénétrant dans la zone sécurisée, avec les véhicules qui transportaient les équipes de relève. Le conducteur, habillé en treillis militaire, aurait été tué dans l’explosion. RFI