Partager

C’est ce samedi 15 septembre 2012 que le Syndicat national des travailleurs de la douane (Sntd/Cstm) tiendra son premier congrès constitutif au carrefour des jeunes. Un nouveau syndicat dont la naissance suscite déjà beaucoup de réactions et de controverses. D’abord par rapport à ses initiateurs.

De sources concordantes, les animateurs de ce nouveau syndicat ne sont que des gens mal intentionnés aux desseins inavoués, des gens qui ont été parachutés à la douane on ne sait pas comment et qui se sont retrouvés du jour au lendemain avec des grades d’inspecteur des douanes. C’est le cas par exemple du principal animateur, Moussa Gaoussou Sissoko, un moniteur d’agriculture de la Cmdt qui a rejoint les services des Douanes en 1986-1987. Il est aujourd’hui inspecteur des Douanes en service à la Direction régionale des Douanes de Ségou.
Comme on peut le constater, c’est par une faveur qu’’il est venu à la Douane. Son alter-ego est aussi un transféré à la Douane: Abdoulaye Koné, actuellement en service à Ségou. Pourquoi a-t-il quitté son service d’origine pour la douane? La réponse à cette question permettra de savoir pourquoi il est prêt à diviser inutilement l’administration des Douanes aujourd’hui. Quant aux deux autres larrons, à savoir Ibrahim Touré du Bmex et un certain Macalou de Ségou, ils sont aussi des parvenus.

C’est ce qui explique leur incapacité à inculquer la notion de l’opportunité dans leur calcul. Est-il besoin de rappeler en effet qu’avec la double crise institutionnelle et sécuritaire qui nous frappe depuis le 22 mars 2012 qu’on n’a pas besoin d’un autre front. Surtout dans un service financier qui contribue fortement à renflouer les caisses de l’Etat. Quelle marge ce nouveau syndicat compte-t-il laisser au nouveau directeur général des Douanes, le colonel Moumine Dembélé, qui n’a pas encore pris fonction?
Si c’est pour lui mettre la pression, les initiateurs dudit syndicat se trompent lourdement. En effet, les acquis engrangés par l’équipe de Yacouba Katylé pendant l’unité syndicale sont encore dans la mémoire de tous les agents des douanes du Mali. En bonne entente avec la Direction générale, ces vrais douaniers sont parvenus à faire adopter des valeurs comme entre autres: un service épanoui, un service agrandi où les gens doivent en tirer profit; corriger la gestion du personnel avec à la clé le fonctionnement d’un service par continuité et surtout l’adaptabilité et la neutralité du service public. En clair mettre fin au copinage.

L’autre bataille de l’équipe que dirige Yacouba Katylé a tourné autour de l’exigence du besoin des usagers. Il s’agit là de faire changer les agents de douane de comportement, de leur permettre de s’adapter à la nouvelle situation. Une invite à se conformer à l’éthique et à la déontologie. Le problème du fichier aussi a été réglé. Ce qui fait qu’aujourd’hui tous les besoins du personnel ont été recensés. Toutes choses qui font dire à un haut responsable de la tendance Yacouba Katylé que «nous n’étions pas là pour la forme. Nous nous sommes investis».

Pour un autre, «ce sont certains chercheurs de poste ou des mutations insatisfaites qui créent aujourd’hui la confusion». Un agent non syndiqué avoue que c’est pour une question de personne seulement qu’on crée cette tension inutile.

Quant à Yacouba Katylé, lui même imperturbable, il nous a fait savoir que «nous ne sommes pas dans cette dynamique. La base tranchera».

Seydou Oumar N’DIAYE

Le Prétoire du 13 Septembre 2012