Partager

Suite à l’échec d’une série de dialogues sociaux, le Syndicat national des services de douanes prévoit une grève de 48 heures sur toute l’étendue du territoire national à compter du 5 décembre prochain. Le préavis de grève a été déposé au ministère de la Fonction publique le mardi 19 novembre 2013.

Soucieuse de la performance des services de Douanes, la section syndicale a toujours privilégié le dialogue social. Mais face à l’absence de réaction favorable du Directeur général des douanes pour le maintien d’une collaboration sincère avec les représentants syndicaux sur les questions relatives aux droits des travailleurs et à la gestion du personnel, la section syndicale se sent obligée d’adopter une stratégie plus radicale. Il s’agit de la cessation de travail du jeudi 5 au vendredi 6 décembre 2013. C’est pourquoi, elle a avisé la Direction générale des douanes, le Département de la Fonction publique et plusieurs autres ministères concernés de son intention d’observer une grève de deux jours.

Dans son préavis de grève, la section syndicale des Douanes dénonce la non satisfaction du bénéfice du droit à la dotation en tenue en 2011-2012 et la tentative de récidive de cette violation de droit à l’habillement en 2013 ainsi que les insuffisances nocives au bon déroulement de la gestion harmonieuse du personnel. Notamment le non paiement des agents ayant dûment leurs arrêtés de régularisation ; le non paiement des agents affectés à l’Office central des stupéfiants ; la redéfinition du Programme de formation initiale (durée de formation à savoir 9 mois et le bénéfice de bonification d’échelons). A cela s’ajoutent le blocage de l’Annexe rectificatif de leur statut particulier et le manque de volonté du Département de tutelle à réagir favorablement à l’aboutissement des résultats de la commission mise en place à cet effet. Selon le syndicat, si les 48 heures de grève n’aboutissent pas à une satisfaction de ses préoccupations, il ira à nouveau en grève du 30 au 31 janvier 2014. Toutefois, la section syndicale des Douanes se dit disponible pour les négociations crédibles 96 heures avant le déclenchement de la première grève générale.

Faut-il le souligner, ce préavis de grève est le premier du genre depuis l’installation officielle du régime IBK. Emanant d’un service public aussi important, cette grève témoigne l’impatience des partenaires sociaux de voir le Président IBK faire bouger les choses.

Oumar KONATE

Le Prétoire du 21 Novembre 2013