Partager

S’il y a un service public dont les agents sont très remontés contre leur patron, c’est bien celui des Douanes du Mali. En effet, pour avoir pris une lettre circulaire pour demander, à tout agent qui ne serait pas partant pour la mutuelle, de le lui mortifier par écrit dans un délai d’un mois, le Colonel Amadou Togola est au centre de toutes les critiques. Mécontents, des douaniers sont prêts à affronter le Directeur Général. Si ailleurs, l’adhésion à la mutuelle est libre et personnelle, à la Douane, c’est le contraire. Étant mutualiste comme les autres douaniers, a-t-il raison d’envoyer une telle lettre à ses agents? Le Directeur Général gère-t-il la Douane ou la mutuelle?

Dans sa lettre circulaire N°02/MF-DGD du Février 2009, à tous les Sous-Directeurs, Directeurs régionaux, Chefs de Brigades et de postes, le Directeur Général des Douanes, le Colonel Amadou Togola, écrit : “Il m’a été donné de connaître, à la faveur de la prise de contact que j’ai eue avec les membres du Conseil d’Aministration de la Mutuelle des travailleurs de notre administration, le programme ambitieux et volontariste de leurs activités à moyen et long terme.

Ce programme multisectoriel, qui touche à l’essentiel des préoccupations de chacun de nous, à savoir, les questions de logement, de santé, de retraite, etc…, s’il était mis en œuvre, constituera, à n’en pas douter, de réels motifs de fierté pour notre service. Malheureusement, par la même occasion, le Conseil d’Administration m’a fait part de la faiblesse des niveaux d’adhésion et des limites objectives des procédures de recouvrement”.

Ainsi, poursuit-il, le service des Douanes qui, aujourd’hui, se présente, au plan national, comme “ une des administrations les plus pourvues en matière de traitements extra-salariaux, reste derrière les autres en matière de mutualité. Cette situation ne peut nous laisser indifférents.C’est pourquoi j’ai décidé, a priori, de considérer chaque agent comme membre à part entière de la MUDO”.


En conséquence :
“Des retenues seront automatiquement effectuées à la source, soit sur les salaires, soit sur les fonds douaniers et autres avantages de service au titre des cotisations. La Direction Générale donnera également tout son appui à la mutuelle, afin de pouvoir obtenir le principe de la retenue sur les salaires”, a promis le DG.

Par ailleurs, afin de préserver les droits et les libertés de tout un chacun, et dans le respect du principe de volontariat, fondement de toute association mutualiste, “je demande à tout agent qui, pour une raison sienne, ne serait pas partant pour la MUDO ,de bien vouloir le notifier par écrit, dans un délai d’un mois à compter de la date de signature de la présente, au Président du Conseil d’Aministration”, a-t-il indiqué.

Pour terminer, il a souligné que, connaissant l’esprit de corps qui anime chacun des douaniers, il ne doute point que leur adhésion pour cette cause si noble ne saurait faire défaut.

Il a suffi cette lettre pour que des douaniers s’interrogent sur le sens de l’acte du Colonel Togola. En effet, une telle lettre devrait venir de quelqu’un d’autre et non de lui, en tant que DG. En tout cas, si elle émanait du Secrétaire Général du syndicat ou du président de la MUDO, on aurait pu le comprendre.

Certes, on est d’accord avec la mutuelle comme étant l’un des moyens de couverture sociale. Mais ce n’est à pas au DG de constater que tout le monde est membre de la MUDO, car l’adhésion à un syndicat et à une mutuelle est libre. A croire que le patron des gabelous a voulu mettre la charrue avant les boeufs. Aussi n’a-t-il pas écrit, dans sa lettre, que le respect du principe de volontariat est le fondement de toute association mutualiste?

C’est donc étonnant de sa part d’envoyer une telle lettre à ses subordonnés pour les intimider, car le DG gère la Douane et non la mutuelle. Et mieux, il est mutualiste comme les autres douaniers. En bon DG, il aurait pu donner son accord au syndicat, puisque ce n’est la Direction Générale qui gère la mutuelle. Seulement, la présidence de la MUDO avait été confiée à l’administration pour faciliter le paiement des cotisations.

D’ailleurs, ce syndicat avait négocié et obtenu, en son temps, le prélèvement de la cotisation sur le fonds commun qui est constitué des amendes des contentieux. Une partie de ce fonds est destiné à être partagée entre tous les douaniers à la fin de l’année.

Cependant, les produits des affaires contentieuses se font rares aujourd’hui. C’est pourquoi le paiement des cotisations de la mutuelle pose problème. Mais si on doit chercher à relancer la MUDO, c’est à l’organe de gestion de la mutuelle d’écrire au syndicat qui, à son tour, convoque des assemblées générales pour informer l’ensemble du personnel.

Au lieu de cette procédure, voilà que le DG a mis la charrue avant les boeufs. En DG bien averti, il peut seulement donner son accord au syndicat, car il gère les Douanes et non la mutuelle. Mais jamais il ne doit déclarer que ceux qui ne sont pas d’accord d’écrire au Président du Conseil d’Aministration de la mutuelle. S’il était vrai que c’est à lui de constater que tout le monde est membre de la mutuelle, pourquoi n’a-t-il pas donc demandé à ceux qui ne sont pas d’accord de lui écrire directement? Prouve-t-il qu’il est de mèche avec les dirigeants actuels de la MUDO?

Dans tous les cas, la lettre circulaire du Colonel Amadou Togola fait révolter certains douaniers. Puisque, pour le paiement des cotisations,le DG, sans avoir obtenu l’avis de l’ensemble des douaniers du Mali, déclare que des retenues seront automatiquement effectuées à la source, soit sur les salaires, soit sur les fonds douaniers et autres avantages de service. Ce qui peut poser problème si l’on sait que tous les agents ne bénéficient pas d’avantages. Il y a des douaniers qui vivent seulement de leurs salaires.

Or, comme montant des cotisations, on parle de 10 000 FCFA par mois. Pis chaque membre de la MUDO, pour être en règle, devrait payer les arriérés de 2007 et de 2008, soit 12 000 FCFA par an, avant de faire face à 2009. Combien sont les douaniers prêts à payer 240 000 FCFA, sans compter les cotisations de l’année en cours, surtout que le DG n’a pas mis la manière pour la reprise de la mutuelle? Pour éviter des tiraillements provoquant des difficultés de redémarrage de la MUDO, va-t-on alors convenir du prélèvement des cotisations sur un autre fonds qui est commun à tous les douaniers? Lequel ?


Oumar SIDIBE

20 Mars 2009