Partager

Le ministère de la fonction publique, du travail et de la réforme de l’Etat, vient de procéder au recrutement, pour le compte de la douane, de 120 nouveaux agents contractuels. La section syndicale de cette corporation demande l’annulation pure et simple de ce recrutement.


Entre le gouvernement et la section syndicale des douanes couve un vieux contentieux au sujet de quelques 300 agents contractuels en activité dans les services de la douane depuis une quinzaine d’année sans bénéficier d’une intégration encore moins de la promotion interne stipulée par le décret 038/PRM du 27 janvier 2000.

Les responsables syndicaux ont fait avant hier, avec les journalistes le point du protocole d’entente avec le gouvernement. Selon Yacouba Katilé, secrétaire général de la section syndicale, sans donner une suite aux points de revendication ayant fait l’objet d’accord, le gouvernement vient de procéder au recrutement d’une nouvelle vague de jeunes dans le corps de la douane où ils doivent servir comme agents de constatation, contrôleurs et inspecteurs journaliers.

Autant d’appellation qui, dira Katilé, sont non seulement vides de contenu, mais contribueront dangereusement à semer la confusion dans la tête des responsables de l’administration des douanes. Dans une correspondance en date du 28 avril dernier, adressée au ministre des finances, la section dénonce le caractère illégal de ce recrutement qui « viole les textes en vigueur en matière de recrutement dans la fonction publique ».

Pour le secrétaire général du syndicat des douaniers, cette décision du ministre en charge de la fonction publique de recruter des nouveaux agents alors même qu’aucun besoin n’a été exprimé par l’administration des douanes encore moins le ministère des finances, est « une violation du décret 038/PRM plus précisément en ses articles 9 et 10 relatifs respectivement à la vacance d’emploi constatée et vérifiée et aux modalités d’organisation des tests de recrutements pour les emplois des catégories C, B et A ».

Pour Yacouba Katilé, le ministère de la fonction publique, du travail et de la réforme de l’Etat, avait été saisi. « Nous avons compris que le département de la fonction n’est dans aucune logique de remettre les choses dans l’ordre conformément à la loi. « En tant que syndicat autonome nous avons alors décidé d’utiliser toutes les voies de recours légales qui s’offrent à nous, pour combattre cette mesure illégale », soutient le gabelou.

« Nous n’avons nullement la prétention de nous opposer à un recrutement décidé par l’Etat. Mais, en tant que syndicat, nous avons le pouvoir de nous auto saisir des cas de violations des textes qui menaceraient notre corps », ajoute le syndicaliste, qui conclut : « Notre combat n’a rien de politique, nous voulons juste qu’il y ait un respect effectif des textes en matière de recrutement (dans la douane) ».

OUMAR DIAMOYE

17 Juillet 2008