Partager

La naissance de la chine nouvelle, il y a 60 ans, signifie l’indépendance et la libération définitive de la nation chinoise après un siècle d’épreuves et de luttes inlassables. Durant ces 60 ans, le peuple chinois a travaillé de toutes ses forces, de sorte que des changements prodigieux se sont produits dans son pays qui se tient maintenant fièrement parmi le concert des nations.

Pourquoi la chine a choisi le régime socialiste ?

Suivre la voie socialiste est le choix adopté par le peuple chinois après avoir fait maintes comparaisons au cours de sa lutte prolongée. Après la guerre de l’opium en 1840, le peuple chinois a exploré diverses voies et lutté inlassablement afin de mettre fin à son sort lamentable. Mais aucune tentative révolutionnaire, du mouvement des Taiping à la révolution démocratique de type ancien dirigée par le docteur Sun Yat-Sen, en passant par la réforme de 1898 et le mouvement de Yihhetuan, n’a pu sortir la chine de sa situation déplorable de pauvreté, d’opprimée et d’agressée par les puissances étrangères, sous la conduite du Parti Communiste Chinois (PCC).

Le peuple chinois a déclenché une révolution pour résister à l’agression étrangère et renverser la domination réactionnaire du Guomindang, et a établi la République Populaire de Chine (RPC) et le régime socialiste. Ces victoires ont permis à la nation chinoise de ne plus être opprimée par les puissances étrangères, d’accéder à son indépendance et à sa libération, et de mettre fin à la division du pays.

Désormais l’unité du pays et l’union du peuple ont permis au peuple chinois de se débarrasser de la pauvreté et du retard et de s’engager dans une voie menant à la puissance du pays et à l’enrichissement du peuple. Seul le socialisme peut sauver la Chine et lui permettre de se développer. C’est la vérité que le PCC et le peuple Chinois ont acquise à travers l’évolution de l’histoire et la situation du pays.

Quel est le changement le plus important apporté par la fondation de la RPC et quelle est sa plus forte influence ?

Avec la fondation de la RPC, la Chine a pu mettre fin à la domination des larges masses laborieuses par une minorité infirme d’exploiteurs et à l’asservissement du peuple multiethnique de chine par l’impérialisme et le colonialisme depuis la guerre de l’Opium. Les travailleurs sont devenus désormais les maitres de la nouvelle société. La victoire de la révolution populaire dans un grand pays dont la population représente presque un quart de l’humanité à modifier le rapport des forces politiques dans le monde. Elle est le plus grand événement politique après la seconde guerre mondiale et a exercé une influence profonde et durable sur la situation internationale et les luttes populaires.

Comment les transformations socialistes se sont-elles effectuées en RPC ? Et Quelles en étaient les étapes ?

Il y a deux étapes, celle du relèvement économique de 1949 à 1952 ; et celle du détournement généralisé des transformations socialistes de 1952 à 1956. Après la fondation de la chine nouvelle, sur le continent chinois existaient quatre formes de l’économie capitaliste : capitalisme comprador, capitalisme étranger, capitalisme privé et capitalisme d’Etat. Entre 1949 et 1953, le PCC appliquait une politique différente à leur égard.

Il a pu ainsi trouver une solution adéquate aux problèmes de l’économie capitaliste, réunir les conditions préalables au passage socialiste en temps opportun et favoriser le développement économique ultérieur. Cette période est celle du relèvement de l’économie nationale. Les transformations socialistes se sont déroulées dans tous les domaines à partir du lancement en 1952 de la ligne générale qui consistait essentiellement à entreprendre la transformation socialiste de l’agriculture, de l’artisanat et du commerce capitaliste. La transformation socialiste de l’agriculture a été accomplie par le mouvement de coopération.

En quatre ou cinq ans, presque tous les 500 millions de paysans sont passés de la petite économie des paysans individuels à l’économie collective socialiste. La transformation socialiste de l’artisanat individuel a abouti à l’établissement des coopératives de production artisanale de nature socialiste, grâce à leur coopération et au soutien apporté à leurs efforts dans ce sens. Quant à l’industrie et au commerce capitalistes, la chine a appliqué une politique dite : « utilisation, restriction et transformation », afin de transformer progressivement le système privé des moyens de production en un système public socialiste. Ces trois transformations ont pris fin en 1956.

Quand la chine a-t-elle commencé l’application de son « plan quinquennal » ? Quels en étaient les résultats ?

Dans le cadre du développement planifié de l’économie nationale, le « plan quinquennal » avait pour but de planifier les grands travaux de construction, la distribution des forces productives et les rapports importants entre différents secteurs de l’économie nationale, et de définir l’objectif et l’orientation du développement économique à long terme.

Le premier plan quinquennal (1953-1957) avait pour tâches principales de créer, avec l’aide de l’Union soviétique, un système industriel élémentaire, de développer les coopératives agricoles de nature partiellement collective et, sur la base de la transformation socialiste de l’agriculture et de l’artisanat, de conduire la grande partie de l’industrie et du commerce capitalistes dans la voie du capitalisme d’Etat, sous diverses formes, afin de jeter les bases de la transformation socialiste de l’industrie et du commerce privés. Durant le premier plan quinquennal ; la transformation socialiste de l’agriculture ; de l’artisanat et de l’industrie et du commerce privées a été achevée pour l’essentiel. Toutes les taches définies par le plan pour la construction du pays ont été remplies à la fin de 1957 ; et une série d’industries de base indispensablesà l’industrialisation du pays ont vu le jour.

Quels étaient les résultats de l’édification généralisée du socialisme en chine durant ses dix premières années ?

Après l’accomplissement pour l’essentiel des transformations socialistes, la chine a commencé l’édification socialiste sur une grande échelle, de 1956 à 1966. Malgré les graves revers subis entre temps, elle a obtenu des succès considérables.En 1966, les industries chinoises ont augmenté considérablement leurs immobilisations et leurs productions par rapport à 1956.

A partir de 1965, la chine est parvenue à se suffire en pétrole.De nouvelles branches industrielles ont été mises sur pied et la distribution industrielle s’est améliorée.La construction d’infrastructures agricoles et les transformations techniques de l’agriculture se sont déroulées sur une grande échelle et ont été couronnées de succès.

Le nombre de tracteurs, de replantage d’engrais chimiques et la consommation d’électricité ont augmenté considérablement dans les régions rurales. Le nombre des diplômés d’universités était de 5,9 fois supérieur à celui des années précédentes. Après le réajustement, la qualité de l’éducation s’est nettement améliorée.Le travail scientifique et technique a obtenu aussi des résultats nobles. Durant cette période, le PCC a accumulé d’importantes expériences de direction dans l’édification du socialisme.En bref, durant cette période, la chine a mis sur pied une grande partie de ses infrastructures matérielles et techniques sur la base desquelles elle a effectué sa modernisation et a formé la plupart de ses cadres travaillant dans les domaines économiques et culturels. Ceux-ci n’ont cessé d’enrichir leurs expériences de travail.

Quelles étaient les vicissitudes que la chine a connues au cours de son développement avec l’éclatement de la « révolution culturelle » ?

Ces vicissitudes étaient marquées sans doute par l’extension du champ d’attaque dans la lutte contre le « droitier » et le « grand bond en avant ».1957 est la meilleure année du développement économique depuis que la fondation de la RPC a déclenché un mouvement de rectification du style de travail au sein du parti.

Au cours de ce mouvement, la lutte contre les droitiers a été menée de manière outrancière, de sorte que de nombreux intellectuels, personnalités, patriotes et cadres membres du parti ont été étiquetés à tort de « droitiers », entrainant ainsi des conséquences déplorables. Le pays manquait alors d’expériences dans l’édification du socialisme et de connaissances approfondies sur la loi du développement économique et la situation économique fondamentale de la chine.

D’autre part, le camarade Mao Zedong et d’autres dirigeants aux échelons centraux et locaux se sont montrés présomptueux devant les victoires remportées. Ils exagéraient le rôle de la volonté humaine et des efforts subjectifs et voulaient obtenir des succès plus rapides. C’est ainsi que le PCC a déclenché, en 1958, le mouvement du « grand bond en avant »et le mouvement des communes populaires.Ainsi ont déferlé en chine des erreurs « de gauche » caractérisées principalement par la fixation d’objectifs de production agricole très élevés,un commandement volontariste et la vantardise.

Plus tard,le camarade Mao Zedong et le comité central du PCC ont dirigé tout le parti pour corriger les erreurs plus ou moins constatées.Mais, peu de temps après,au sein du parti, se déclencha à tort une lutte contre la « déviation de droite »qui allait porter gravement atteinte à la vie démocratique du parti,de l’échelon central à la base,et interrompre la rectification des erreurs « de gauche »sur le plan économique,erreurs qui pourraient ainsi se prolonger. De 1959à 1966,l’économie chinoise a rencontré de graves difficultés à cause des erreurs du « grand bond en avant » et de la « lutte contre la déviation de droite »,des calamités naturelles et de la détérioration des relations sino-soviétiques,ce qui a causé une perte énorme à l’Etat et au peuple.

Qu’en est-il aujourd’hui de la grande révolution culturelle de 1966 ?

La « grande révolution culturelle » qui s’est déroulée de mai 1966 à octobre 1976 a fait subir un revers et une perte des plus graves à la chine depuis la fondation de la RPC. Elle a été déclenchée et dirigée par le camarade Mao Zedong.

Les faits historiques montrent que les principales raisons invoquées par le camarade Mao Zedong n’étaient ni conformes au marxisme-léninisme ni à la réalité de la chine, donc tout à fait erronées. La pratique a prouvé que la « grande révolution » n’est pas et ne peut pas être une révolution ou un progrès social, dans quelque sens que ce soit. L’histoire a attesté que cette « révolution » était un bouleversement interne provoqué par des dirigeants, utilisé par des cliques contre-révolutionnaires et entrainant des conséquences désastreuses pour le PCC ; l’Etat et le peuple multiethnique.

Quels jugements portent les Chinois sur la position historique et la pensée du camarade Mao Zedong ?

En accordant une entrevue à la journaliste italienne Oriana Fallaci en 1980, Deng Xiaoping a déclaré que le plus grand mérite de Mao Zedong consistait à unir la théorie du marxisme-léninisme à la pratique de la révolution chinoise et à montrer la voie menant la révolution à la victoire. Il est le principal fondateur du PCC et de la RPC. Il a sauvé plus d’une fois le parti et l’Etat de la crise. Sans lui, au moins, le peuple chinois aurait tâtonné plus longtemps dans les ténèbres.

Quant à ses mérites et ses erreurs, celles-ci sont au deuxième rang. A la dernière période de sa vie, notamment durant la « grande révolution culturelle », il a commis des erreurs et a causé beaucoup de malheurs à notre parti, à notre pays et à notre peuple. La pensée de Mao Zedong n’a pas été créée par le camarade Mao Zedong lui seul. Les révolutionnaires de la vieille génération ont contribué aussi à sa création et à son développement. Non seulement elle nous a guidés à remporter la victoire dans la révolution, mais elle doit être aussi, aujourd’hui et demain, un bien précieux du parti et de l’Etat Chinois.

Quelles sont les principales réalisations de la chine durant les 30 premières années suivant la fondation de la chine nouvelle ?

1- Fonder et consolider le pouvoir d’État et assurer fondamentalement la modernisation de la chine.

2- Réaliser et consolider l’unité du pays (excepté Taiwan et d’autres iles), réaliser et consolider l’union de tous les groupes ethniques du pays, consolider et élargir le front uni dirigé par le PCC.

3- Consolider la défense nationale afin qu’elle puisse préserver la sécurité et l’indépendance du pays.

4-Créer et développer l’économie socialiste et réaliser pour l’essentiel la propriété publique des moyens de production et la distribution des revenus selon le travail.

5-Établir progressivement un système industriel et un système économique indépendant et relativement complets.

6- Améliorer et augmenter considérablement la production agricole. En dépit d’une croissance démographique rapide, la chine peut compter sur ses propres forces pour assurer essentiellement les besoins du peuple en nourriture et en habillement.

7- Développer considérablement le commerce intérieur et extérieur, et les conditions de vie se sont améliorées beaucoup par rapport à la chine d’avant la libération.

8- Développer considérablement l’éducation, la science, la culture, la santé publique et les sports. La constitution physique des citadins et des ruraux s’améliore sensiblement et l’espérance de vie se prolonge beaucoup.

9- Établir des relations diplomatiques avec une centaine de pays, et développer des échanges économiques, commerciaux et culturels avec davantage de pays et de territoires. La chine a été rétablie dans son siège à l’ONU et au conseil de sécurité. Dans les affaires internationales, elle joue un rôle positif d’importance capitale. Tout cela réunit les conditions internationales favorables à la chine.

Drissa KANTAO

Le Flambeau du28 Août 2013.