Partager

Instruit à deux niveaux, le dossier du Fonds Mondial de lutte contre la tuberculose, le paludisme et le sida au Mali connait un début de dénouement. En effet, certaines personnes inculpées dans cette affaire dont le secrétaire général du ministère de la santé, Dr Lansseny Konaté, viennent de bénéficier d’un non-lieu.

La disparition d’une partie de l’argent alloué par le Fonds Mondial à la République du Mali pour lutter contre la tuberculose, le paludisme et le sida a défrayé la chronique à Bamako. En effet en 2009, le Fonds Mondial avait procédé à l’audit de certaines structures chargées de la gestion de ce fonds et des malversations avaient été constatées. De nombreuses personnalités dont des cadres du ministère de la Santé, le comptable du Fonds Mondial au Mali et des opérateurs économiques ont été arrêtés. L’ex-ministre de la santé, Ibrahim Oumar Touré, étant inculpé dans l’affaire, son inculpation a conduit à ce que le dossier soit instruit à deux niveaux.

La partie du dossier le concernant a été instruite directement par la Cour suprême, avec lui l’ex Directeur Administratif et Financier du Ministère de la santé, Ousmane Diarra ainsi que le Coordinateur du Programme National de lutte contre la tuberculose, l’adjoint de ce dernier et plusieurs autres cadres et operateurs économiques. A la fin de cette instruction, ces personnes ont été renvoyées devant la Cour d’assises pour être jugées et les intéressés sont toujours en détention. L’ex-ministre de la santé aurait bénéficié de liberté provisoire.

La seconde partie du dossier a concerné le comptable du Fonds mondial Issiaka Diallo et autres. Pour ces derniers, l’instruction a été faite par le 5ème cabinet du Pôle Economique et Financier et à la fin de celle-ci, lui et plusieurs autres dont Doulaye Coulibaly ont vu leur dossier transmis au Procureur général près de la Cour d’Appel. Dr Lansseny Konaté et autres ont bénéficié d’un non lieu.

Binta Gadiaga

Le Républicain du 26 Juillet 2012