Partager

Vendredi dernier, à Djoliba, village situé à une soixantaine de kilomètres au sud de Bamako dans la commune rurale de Mandé, c’était la fête. En effet, dans la grande cour du groupe scolaire de Djoliba, Hamed Diane Séméga, ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, a procédé à la plantation du premier poteau d’alimentation en électricité à partir de la plate-forme multifonctionnelle. La cérémonie a été animée par les tam-tam, danses folkloriques et musique des chasseurs, ainsi que la grande cantatrice Ami Koïta, native de Djoliba.

Békaye Keïta, chef du village, a exprimé toute la reconnaissance de ses habitants à l’endroit des autorités pour avoir doté le village d’un dispensaire et de l’électricité.

Le projet d’électrification à travers les plates-formes multifonctionnelles concerne 19 localités dont Djoliba. D’un coût de 50 millions environ auxquels les femmes de Djoliba ont contribué à hauteur de 2 millions Fcfa, le projet va faire bénéficier le village de 2 plates-formes multifonctionnelles pour alimenter un réseau électrique de 4 km.

Avec un service de départ d’une durée de 6 à 8 heures par jour, environ 3400 clients domestiques, sociocommunautaire et productifs seront connectés à un réseau qui alimentera 1700 lampadaires d’éclairage public. Le tarif au forfait est fixé entre 750 et 1000 Fcfa par ampoule.

Pour le maire Souleymane Makamba Doumbia, cette installation aidera à alléger les tâches des ménagères, ainsi qu’à stimuler les activités génératrices de revenus.

Quant au président du comité de gestion de l’électricité Mamadou Keïta, lui a affirmé qu’ils ne ménageraient aucun effort pour son bon usage et en faire un levier du développement socioéconomique de la commune. Mr Kéïta d’ajouter « Nous tacherons d’être un exemple pour les milliers d’autres qui attendent leur tour ».

Pour le ministre Séméga, l’objectif des pouvoirs publics vise, l’élargissement du projet et sa pérennisation. L’État ne peut pas tout faire et il est inacceptable qu’au bout de quelques années, les gens ne puissent plus profiter de ces services faute d’entretien, a déploré le ministre Séméga.

Ainsi, appel a été lancé par le ministre à l’endroit des bénéficiaires à faire montre de rigueur dans le paiement de leurs factures, ainsi que dans l’entretien des infrastructures.

Appui de la Banque mondiale, partenaire financier du Mali dans le projet, a été salué par le ministre Séméga. En effet, grâce à cette collaboration, le taux d’accès à l’électricité en milieu rural est passé de 1% en 2003 à 20,5% en 2006, améliorant du coup les conditions de vie des populations rurales et accélérant le développement socioéconomique de notre pays.

04 avril 2007.