Partager


S’il y a aujourd’hui un homme politique qui cherche à se frayer un chemin dans les eaux troubles du marigot politique, c’est bien le président de la Force Citoyenne pour la Démocratie (FCD), M. Djibril Tangara. Aux dires de maints citoyens, qui estiment que l’ancien ministre d’ATT serait rentré en politique par effraction, ce parti ne devrait point voir le jour si son initiateur avait nourri un peu d’égard envers ses propres propos et engagements d’antan.

En effet, Djibril Tangara, président d’un parti : pour l’homme, cela aurait du pourtant rester à l’état de rêve, et non se matérialiser, tant l’ex-ministre du Développement Social avait traîné dans la boue les initiateurs du Parti Citoyen pour le Renouveau (PCR), avec, à leur tête, M. Ousmane Ben Fana Traoré.

Le seul tort desdits initiateurs du PCR aura été d’avoir osé créer un parti politique sans l’aval du tout puissant Djibril, après avoir échoué dans leur tentative de transformation du Mouvement Citoyen en parti politique. Aussi furent-ils tout de suite taxés de conjurés et chassés dudit M.C. par Djibril Tangara et ses hommes.

Mais à peine le Parti Citoyen pour le Renouveau a-t-il eu le temps de pousser toutes ses dents que le même Djibril Tangara les imite avec un machin, pardon, une machine politique appelée FCD. Qu’est-ce qui lui a donc pris, pour qu’il perde ainsi le contrôle de sa boussole politique ? Il est le seul à le savoir…

Ce qui est sûr et certain, pour contre, c’est que cette volte-face est en train de lui coûter très cher. La première conséquence néfaste, c’est que l’homme fut contraint de se défaire de ce qu’il avait toujours considéré comme un bien personnel (le Mouvement Citoyen), au plus grand profit du duo homonyme, Ahmed Diane Séméga et Ahmed Sow.


La FCD, un non événement politique?

Par ailleurs, la FCD paraît aujoud’hui comme un parti mort né. En effet, un parti baptisé Force Citoyenne pour la Démocratie devait quand même créer la différence, tant par le nombre que par la qualité de ses adhérents. Mais tel est loin d’être le cas pour la FCD de Djibril Tangara, qui ressemble plutôt à une coquille vide, en tout cas, pour l’instant.

Non seulement le parti peine à marquer la classe politique malienne de son sceau, mais cette dernière aussi semble lui vouer un mépris total. Pourquoi ? Est-ce, peut-être à cause de son président qui, il y a juste quelques mois encore, était le maître incontesté du Mouvement Citoyen?.

Arrivé à la tête du Mouvement Citoyen suite à un putsh -les vrais initiateurs ayant été écartés-, Djibril Tangara, par sa façon de faire, créera une sorte de méfiance chez les politiques, qui ont fini par voir, dans le M.C., une sorte de nébuleuse qui ne dit pas son nom, qui n’est venue que pour rivaliser avec les grans partis, sinon les fragiliser et les immobiliser.

Lesdits politiques seront par la suite confortés dans leur thèse, lorsque leurs cadres ont commencé à fuir pour rejoindre le Mouvement Citoyen, et lorsque Djibril Tangara lui-même fera du débauchage son domaine de prédilection. Alors on comprend, du coup, pourquoi la classe politique malienne fait, de la création de la FCD, un non événement.

Des trous noirs non encore expliqués

Pourquoi Djibril Tangara a-t-il perdu sa foi au Mouvement Citoyen, au point de vouloir créer la Force Citoyenne Démocratique ? Au lieu de créer une entité différente, pourquoi Djibril ne s’est-il pas joint au Parti Citoyen pour le Renouveau ? Etant néophyte en politique, est-il capable de diriger un parti politique ?

Qu’est-ce qui ralentit le pouls de la FCD qui garde un silence radio sur les préoccupations de l’heure, à un moment où celui dont elle continue pourtant à se réclamer -en l’occurrence, ATT- a besoin du soutien et de l’appui de ses partenaires? Autant de questions qui restent, pour le moment, sans réponse.

Dans tous les cas, Djibril Tangara s’est lancé dans la masse, du moins la mare politique, et certainement, pour longtemps, pour ne pas dire pour toujours : il va donc lui falloir savoir nager. Car ce ne sont certes pas ceux qu’il avait doublés en 2002 qui viendront le sauver.

On se rappelle que pour des raisons techniques, les vrais initiateurs du Mouvement Citoyen avaient décidé que le lancement du Mouvement aura eu lieu à Sikasso, et non à Kolondiéba comme programmé au préalable. Pourquoi? Etait-ce à cause de Djibril Tangara?…

Toujours est-il qu’aujourd’hui, la classe politique malienne ne semble l’admettre dans ses rangs. Quid d’alors du Mouvement Citoyen ? Djibril n’en parlera même pas, car il sait que sur son chemin se dresse désormais un “duo infernal ”, incarné par Hamed Diane Séméga et Ahmed Sow qui ne lui fera peut-être plus un seul cadeau. Djibril Tangara est-il ou sera-t-il finalement broyé par sa machine politique, la FCD ? Attendons de voir.

Adama S. DIALLO

24 Juin 2008