Partager

A Sikasso, le chèque de 7 millions de F CFA débloqué par le président de la commission d’organisation de la Biennale devant assainir la ville reste introuvable. Ni le président de la sous-commission finances ni le gouverneur encore moins le maire n’a pu dire la destination réelle du reliquat des 7 000 000 F CFA qui a servi à payer les balayeuses.

Une tension existe entre l’hôtel de ville et la commission d’organisation de la Biennale. Pomme de discorde : la destination du chèque de 7 millions débloqué par le président de la commission d’organisation, Mamadou Issa Tapo, gouverneur de la région pour assainir la ville.

Flash-back. Pour l’assainissement de la ville de Sikasso, la commission d’organisation de la Biennale a proposé un budget prévisionnel de 10 millions F CFA. Trente-cinq femmes ont été retenues pour être payées 20 000 F CFA chacune. Ayant terminé le travail qui leur a été confié, elles ont eu du mal à rentrER en possession de leurs sous. Elles ont donc décidé de se faire entendre en marchant sur le gouvernorat.

 » C’est le maire qui leur avait dit que ce n’est pas à lui de payer la facture des femmes, mais que c’est le président de la commission ». Ne l’entendant pas de cette oreille, le président de la commission, M. Tapo, a affirmé avoir utilisé « les moyens debout », c’est-à-dire l’utilisation de gaz lacrymogènes pour disperser les femmes, « qui n’avaient pas d’autorisation ».

Gouverneur versus maire

A la suite de la marche avortée, il a reçu des représentants deS femmes avec qui il s’est compris. Se disant sensible, le gouverneur a affirmé faire un chèque de 7 millions de F CFA et donner au président de la sous-commission assainissement. Le hic, sur les 7 millions, la mairie n’a reçu que 700 000 F CFA pour payer les 35 balayeuses. Quid du reliquat, 6,3 millions F CFA ? Sans se soucier de l’utilisation de l’argent, le gouverneur a dit avoir remis un chèque de 7 millions « avec preuve à l’appui » à la sous-commission assainissement.

Faux a rétorqué le maire de la Commune urbaine de Sikasso, Mamadou Tangara, qui défie toute personne de lui avoir remis 7 millions. « Je n’ai reçu que 700 000 F CFA pour payer les 35 balayeuses ».

A ses dires, le travail de la commission s’est limité à un appui dans l’assainissement des sites d’hébergements des troupes. Il a aussi démenti les propos du gouverneur Tapo qui l’accuse d’avoir dit aux femmes de marcher sur le gouvernorat.

Il faut dire que ce bras de fer entre la mairie et le gouverneur est peut-être l’explication du peu d’intérêt de la population pour la Biennale. Alors que tous ses collègues des autres régions se rendent chaque soir soit à la salle Lamissa Bengaly ou au stade Babemba, Mamadou Issa Tapo, qui doit aller définitivement à la retraire en fin d’année, reste de marbre chez lui.

L’argument avancé : « Je suis trop fatigué. C’est pourquoi je préfère me reposer ». Seuls 3 sur 10 Sikassois s’intéressent à la Biennale.

Affaire à suivre.

Amadou Sidibé

29 Septembre 2010.