Partager

A l’occasion de la rentrée scolaire 2008-2009 qui a coïncidé avec la journée mondiale des enseignants, le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique Pr. Amadou Touré s’est adressé à travers un discours télévisé à tous les acteurs et partenaires de l’école malienne. Dans son message, le ministre a fait un bilan global de l’année scolaire écoulée tout en faisant ressortir les résultats probants des examens de fin d’année obtenus au prix de la synergie d’énormes actions, malgré les difficultés constatées çà et là.

Toute chose qui a permis au ministre de faire la revue d’énormes réalisations faites par le gouvernement à travers son département dans le cadre de l’amélioration et du redressement de notre école jadis ruinée par des crises. Enfin, le ministre a formulé le vœu que le forum national sur l’éducation soit la voie indiquée de la sortie définitive de crise.


Le thème de la rentrée 2008-2009

De la discipline à l’autodiscipline” tel est en effet le thème retenu pour la rentrée scolaire et universitaire 2008-2009. Il s’agit là, selon le ministre des Enseignements Secondaire Supérieur et de la Recherche Scientifique d’inviter tous les acteurs de l’école au respect des normes et règles qui régissent la communauté éducative.

Par ailleurs, à l’instar de la communauté Internationale, le Mali a célébré la Journée Mondiale des Enseignants. Une occasion pour rendre hommage aux enseignants dont le dévouement et l’engagement sont salués sous tous les cieux dans l’édification et le développement harmonieux de la société. Ainsi, le ministre a profité de cette journée dédiée aux enseignants pour lancer un appel citoyen à tous les fils du pays, à partager avec le corps enseignant, un sentiment de gratitude et de reconnaissance.

Une profession noble qui se consacre indubitablement à la tâche complexe de formation des enfants, avenir de la nation malienne, de toute nation. Pour la noblesse de leur action, ils méritent le respect et l’admiration de tous, a précisé le Pr. Amadou Touré, avant d’adresser ses félicitations et encouragements aux enseignants.

Il n’a pas manqué de rendre un vibrant hommage aux différentes formations syndicales pour leur compréhension face aux actions du gouvernement en faveur d’une école plus apaisée et performante, socle du développement d’un pays.

Le bilan des résultats des examens

Dans son allocution télévisé du 5 au 6 octobre 2008, le ministre Touré a parlé de l’effectif des ordres d’enseignement Secondaire Général, Technique et Professionnel. L’enseignement Secondaire Général a enregistré l’année passée un effectif de 112 048 élèves évalués et 2231 enseignants.

Quant à l’enseignement technique et professionnel, on avait 62 731 élèves pour 195 établissements sur 14 publics et 181 privées contre 862 enseignants.

Selon le ministre, si l’année scolaire s’est bien achevée grace à la synergie des actions combinées des tous les acteurs de l’école sans exception, autant les résultats ont bien été appréciables. Sur 19 233 élèves du baccalauréat général, 38 461 ont été déclarés admis, soit un taux de 51,01%. Pour le bac technique, ils étaient 941 candidats contre 697 admis avec 74,07% de taux d’admission.

Quant au Certificat d’Aptitude Professionnel, 5 862 ont été reçus sur les 23 608 candidats, soit un taux de 53,08%. Enfin, le Brevet de Technicien a enregistré 6 536 lauréats sur les 9 616 candidats présentés avec un taux de 67,97%.

Compte tenu des résultats appréciables ainsi présentés, il était un devoir pour le ministre Touré, ce qui a d’ailleurs fait, de remercier tous : l’AEEM, les enseignants, promoteurs d’écoles et partenaires d’écoles qui ont contribué à sauver l’école des dangers d’une année aux conséquences imprévisibles.

Encore des défis à relever

Malgré l’achèvement de l’année écoulée avec un bilan qu’on peut qualifier de “peut mieux faire”, le professeur Amadou Touré a souligné que le secteur des enseignements secondaire et supérieur reste fortement marqué par plusieurs facteurs. Il s’agit en effet, de la pléthore des étudiants entraînant l’augmentation des bourses passées le 5,640 milliards en 2007 à 8,748 milliards en 2008, la faiblesse des capacités, d’accueil entraînant un engagement des structures d’encadrement et une intense activité sur le front syndical.

A ceux-ci, M. Touré a ajouté l’insuffisance du personnel enseignant et la forte contractualisation mais aussi, la timidité de la recherche universitaire d’où la nécessité du renouvellement des ressources humaines dans notre système d’enseignement supérieur.

Pour relever ces défis, plusieurs efforts ont été mobilisés par le gouvernement notamment l’alignement des salaires des contractuels du secondaire sur ceux de leurs homologues de la fonction publique, la rémunération des tâches liées aux examens pour les enseignants du supérieur.

L’année a été marquée également par la pose des premières pierres par le Pr. Amadou Touré, des Lycées publics de Yorosso, le Ténenkou, de Ouélessebougou et d’autres sont prévues.

La région de Kayes a bénéficié d’un nouvel Institut de Formation Professionnelle (IFP) dans les filières des mines et de l’industrie. La réhabilitation de l’ancien IFP de Kayes, des écoles agro-pastorales de Macina et de Baraouéli avec l’ouverture de nouvelles filières, sans oublier la construction d’écoles privées à travers le pays.

Autres réalisations

Pour répondre aux nombreux besoins en matière d’oeuvres universitaires, l’enseignement supérieur a connu plusieurs innovations. On peut mentionner la construction des nouvelles infrastructures de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) et celles de l’Economie et de Gestion (FSEG), l’équipement des laboratoires de recherche de plusieurs facultés et grandes écoles.

Aussi, les projets sont en cours pour la résidence universitaire, de la maison des hôtes pour les missions d’enseignement, de la clinique universitaire et de la Bibliothèque Universitaire Centrale (BUC).

A cela s’ajoute le Programme de Formation des Formateurs (PFF) initié par le Rectorat pour former les 650 enseignants sur dix ans, le renforcement du programme Tokten pour les enseignants chercheurs et expatriés maliens, la politique de l’introduction dès cette rentrée universitaire du système LMD, Licence-Master-Doctorat.

En témoignant ses propos, le ministre Amadou Touré a remercié tous les acteurs et partenaires de l’école pour tous ce qu’ils font pour aider le gouvernement à relever les défis de l’école malienne. Il s’agit d’un devoir patriotique, car l’affaire de l’école est celle de tous. En outre, il a rappelé les syndicats à enterrer leur hache de guerre en vue de définir ensemble un avenir meilleur pour bâtir une école digne pour le Mali.

Il a fondé enfin l’espoir d’une prise de conscience autour du forum national sur l’éducation pour que l’école malienne retrouve définitivement son nom d’antan en vue de faire face aux exigences de l’intégration et de la mondialisation.

Hady BARRY

06 Octobre 2008