Partager

« Au Mali et en Afrique d’une façon générale, ce sont les résultats du club qui déterminent la nature des relations qu’entretiennent les dirigeants et les supporters. Lorsqu’une équipe engrange victoire sur victoire, il y a de l’entente. Mais quand elle accumule les défaites, il est certain que les relations marquent le pas et deviennent conflictuelles ».

C’est du moins l’analyse qu’Aboubacar Touré, président du comité des supporters du Djoliba AC, fait des relations entre dirigeants de sports et supporters africains.

A l’en croire, les relations entre les dirigeants et les supporters des clubs au Mali sont fréquemment empreintes de frictions. Celles-ci trouvent leur origine dans le fait que les supporters ne font pas entièrement confiance aux dirigeants des clubs qu’ils accusent d’incompétence.

Les relations entre les entraîneurs et les supporters sont les plus tendues.

Par manque de lucidité et de culture sportive, les supporters rejettent toujours la responsabilité d’une défaite sur l’entraîneur, l’accusant de tous les maux. Cette situation fait que peu d’entraîneurs restent longtemps aux commandes d’une équipe.
Mais les supporters n’entretiennent pas seulement des relations tendues avec les dirigeants de leurs clubs.

Sur le plan national, par exemple, ce sont les membres des instances nationales de football qui sont la cible des supporters. Bien qu’on lui reconnaisse ses qualités de bon footballeur, Salif Kéita, le président de la Femafoot est désapprouvé par nombre de supporters de l’équipe nationale des Aigles.

Inutile de s’étaler sur les raisons profondes de ce désamour entre supporters de l’équipe nationale et Fédération nationale de foot, mais toujours est-il que les résultats enregistrés par l’équipe nationale, battue et éliminée à domicile par le Togo en Coupe d’Afrique des nations (Can-2006) fut le point culminant de cet désamour.

L’entente entre supporters de l’équipe nationale et dirigeants de la Femafoot s’instaure petit à petit et les victoires des Aigles, qui occupent la tête de leur groupe dans les éliminatoires jumelées Can/Mondial-2010, contribuent bien sûr dans la détente.

Denis Koné

18 Juillet 2008