Partager

Hier, lundi, aux environs de 8 heures, Fousseyni Katilé, employé comme nettoyeur à la Direction générale de Kafo jiguignew, a été poursuivi par deux agents de la police en faction au monument N’kuamé Kruma, pour avoir au même lieu, percuté un passant avec sa moto, sans s’arrêter. Les policiers, après incursion à l’intérieur dudit service, dans un couloir, ont tabassé le coupable jusqu’à ce qu’il tombe dans le coma.

Dans la matinée d’hier, aux environs de 8 heures, Fousseyni Katilé, en partance pour son service, aurait percuté un passant au niveau du rond-point N’Kuamé Kruma. Les agents en faction à ce rond-point ont sifflé pour intimider l’ordre de s’arrêter.

Malheureusement, ce dernier a poursuivi son chemin sans optempérer. Aussitôt, les deux agents se sont mis à sa poursuite jusqu’à son service, à la Direction générale de Kafo Jiguignew.

Une fois arrivé, Fousseyni s’est empressé d’accéder à l’intérieur des locaux.

Les policiers, à leur tour, malgré le refus catégorique de l’agent de sécurité civile devant la Caisse, ont ouvert par la force le grand portail. Ils ont appréhendé Fousseyni dans le couloir qui passe par la paierie.

Avec une grande barbarie, les deux agents ont tout d’abord donné des coups de tête à l’agent nettoyeur avant de le tabasser avec le téléphone talkie-walkie que l’un de d’eux détenait.

La victime a été abandonnée par terre gisant dans son sang. Avant l’intervention des gardes en faction à la Caisse, il est tombé dans le coma. Le couloir était maculé de sang.

Ses narines saignaient ainsi que sa tête qui était enflée. Interpellé, la protection civile a, immédiatement transporté la victime dans un état critique dans un centre de santé pour y recevoir des soins.

Au moment de notre passage, les autorités de la caisse et celles de la police étaient en entretien dans les couloirs au 3ème étage de la caisse.

On se demande, si toute fois, ils sont en train de régler cette affaire à l’amiable ou de la porter devant qui de droit. Car, une telle barbarie doit être réprimée avec la dernière rigueur.

Tous les employés de la caisse ont été surpris en ce qui concerne l’attitude de ces porteurs d’uniforme.

En effet, selon certains employés : « Les garants de l’application de la loi deviennent de plus en plus des délinquants à travers le comportement de certains porteurs d’uniforme ».

Falé COULIBALY

13 Janvier 2011.