Partager

Des voix commencent à se lever au sein du parti FARE, une formation politique proche de l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé pour réclamer le départ du président, l’opérateur économique Alou Kéïta. Celui-ci, pour rappel, veut amener cette formation politique dans la mouvance présidentielle contre la volonté du parrain Modibo Sidibé qui veut opter pour l’opposition républicaine.

Certaines sources bien informées soutiennent que le congrès prévu pour les 8 et 9 février sera l’occasion de débarquer le président Kéïta. Aux dernières nouvelles, ce congrès vient d’être reporté et remis à une date ultérieure. D’après le premier responsable de la jeunesse FARE Amadou Cissé, qui est le porte-parole de Modibo Sidibé, si les frondeurs persistent dans «leur plan machiavélique de couper l’herbe sous le pied du parrain du parti, ils seront obligés de les débarquer à la faveur du prochain congrès».

A en croire M. Cissé, c’est un groupuscule qui s’agite pour tirer le parti vers la mouvance présidentielle, tandis que Modibo et ses proches pensent qu’ils pourraient apporter leur pierre à l’édifice national étant dans l’opposition républicaine.

La Rédaction

Le Républicain du 29 Janvier 2014