Partager

ambassade.jpg

Les plénipotentiaires du Yémen, d’Ukraine, des Philippines, du Soudan, d’Éthiopie et de Serbie s’emploieront à développer les relations de coopération avec notre pays.

Le premier plénipotentiaire à être introduit auprès du chef de l’État, a été Yahya Ali Mohamed Shami, ambassadeur de la République du Yémen avec résidence à Nouakchott. Il s’emploiera à renforcer les relations bilatérales des deux pays en s’appuyant sur une disponibilité partagée pour relancer une coopération ancienne mais encore timide.

En remettant, deux jours auparavant, les copies figurées de ses lettres de créance et celles de rappel de son prédécesseur à Moctar Ouane, le ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, Yahya Ali Mohamed Shami a salué la position du Mali face aux problèmes arabes et plus particulièrement aux problèmes palestiniens. Il a souhaité pouvoir organiser une rencontre entre les hautes autorités de son pays et celles du Mali lors de la conférence de l’OCI qui se tiendra dans quelques jours à Dakar.

Durant son séjour à Bamako, le diplomate a rencontré le premier ministre Modibo Sidibé et le président de l’Assemblée nationale Dioncounda Traoré.

Le second diplomate reçu par le chef de l’État a été le nouvel ambassadeur de la République d’Ukraine avec résidence à Alger. Spécialiste des relations internationales, Serhiy Borovyk a été de 1987 à 1999, successivement premier secrétaire de la mission permanente d’Ukraine auprès de l’Unesco à Paris, conseiller en chef du groupe des ambassadeurs itinérants, consul général d’Ukraine à Toronto et conseiller de l’ambassade d’Ukraine au Canada. Son pays entretient avec le notre de bonnes relations et la coopération bilatérale présente de nombreuses opportunités qui méritent d’être saisies.

Après le représentant ukrainien, c’est l’honorable Bayani V. Mangibin, ambassadeur de la République des Philippines avec résidence à Tripoli qui a présenté ses lettres de créance au président Touré. Le Mali et les Philippines coopèrent au plan multilatéral dans le cadre de l’ONU.

Les prémices d’une coopération bilatérale datent de la conférence ministérielle de la Communauté des démocraties tenue au Mali en novembre dernier. Durant cette rencontre, le chef de la délégation philippine avait confirmé la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le notre. Bayani V. Mangibin aura la responsabilité d’explorer les voies et moyens susceptibles de concrétiser cette ambition commune.

Au cours de l’audience que lui a accordée le ministre Ouane, il a sollicité le soutien et l’appui de notre pays au sénateur philippin, Miriam Defensor Santiago. Celui-ci est candidat au siège asiatique de la Cour internationale de justice dont les membres seront élus lors de la 63è session ordinaire des Nations Unies. Le diplomate a aussi rappelé que son pays abrite une importante communauté musulmane et que l’Organisation de la conférence islamique a joué un rôle important dans la crise qui a récemment secoué cette communauté. C’est pourquoi, les Philippines ont décidé d’être observateur auprès de cette organisation islamique. Dans ce cadre, il a également sollicité le soutien du Mali.

Abu Bakr Hussein Ahmed Abdel Daeim, le nouvel ambassadeur du Soudan au Mali, avec résidence à Dakar, va s’attacher à donner de l’élan à une coopération qui repose jusqu’ici sur un protocole d’accord entre le ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Commerce et le département soudanais du commerce extérieur et un accord de transport aérien signé à Khartoum en 2003. Par l’entremise d’un fort contingent militaire, le Mali participe actuellement au retour de la paix et de la stabilité au Darfour, une province du Soudan.

Le Mali et l’Éthiopie coopèrent au plan multilatéral dans le cadre de l’Union africaine. L’existence d’une ligne aérienne de la compagnie « Ethiopian Airline » entre Bamako et Addis-Abeba peut aider à dynamiser la coopération bilatérale. C’est la mission qui a été assignée à Abdulaziz Ahmed Adem, le nouvel ambassadeur de la République fédérale et démocratique d’Éthiopie avec résidence à Abidjan.

Vladimir Kohut représentera, lui, la Serbie dans notre pays et aura sa résidence à Alger. Né à Prijedor, Vladimir Kohut est un diplômé de la faculté d’économie de Sarajevo. Il a occupé d’importantes fonctions dans son pays. De 1986 à 1987, il a ainsi été chef du service des affaires étrangères et des relations internationales à la présidence de son pays. L’année suivante, il est nommé ministre plénipotentiaire aux affaires étrangères. En 2004, il occupe successivement les postes de directeur général des relations bilatérales, politiques et économiques et premier responsable de la direction Afrique et Proche-Orient.

Vladimir Kohut qui est marié et père d’un enfant, parle anglais, français, portugais et tchèque. Il va travailler à améliorer la coopération existant entre nos pays avec au programme la récupération des archives cinématographiques (des actualités notamment) de notre pays détenues par la Serbie et la redynamisation de relations économiques basées sur le secteur privé.

S. DOUMBIA – L’Essor

10 Mars 2008.