Partager

L’Adéma/PASJ va revenir à ses propres valeurs et son candidat en 2012 sortira de ses rangs. C’est du moins ce qu’a indiqué le président de l’Alliance pour la démocratie au Mali/Parti africain pour la solidarité et la justice au cours d’un point de presse samedi. De grands défis pour le parti de l’Abeille.

Deux semaines après la tenue de son 4e congrès ordinaire, les responsables de l’Adéma/PASJ étaient samedi face à la presse. L’occasion a été bonne, pour le président du parti Dioncounda Traoré reconduit à son poste, de tracer les lignes directrices du parti. Ces lignes avaient été déjà définies lors du 4e congrès ordinaire et concernent le retour de l’Adéma/PASJ à ses valeurs intrèsèques et la reconquête du pouvoir, ambition de tout parti politique. Il faut dire qu’il s’agit là de deux grands défis que le parti doit relever à cause de toutes les incohérences, voire les errements de l’Adéma/PASJ ces dernières années.

Pour le retour aux vraies valeurs du parti qui sont, entre autres, la cohésion, la discipline, la mobilisation, un grand pas a été franchi à l’issue du 4e congrès. La réintégration des camarades suspendus et la fusion avec quelques partis sont pour beaucoup dans la cohésion et la mobilisation actuelles.

Reste maintenant la discipline. L’Adéma, en particulier son comité exécutif, devrait se demander pourquoi de 2002 à 2007, le parti a été si loin de cette valeur. Depuis 2002, le parti de l’Abeille n’a jamais su répondre à l’attente de ses militants et sympathisants sur cette question fondamentale et vitale pour le parti.

L’ élection présidentielle de 2002 et surtout celle de 2007 ont fini par exacerber les tensions au point que dans le parti s’était installée une sorte de dictature où toutes les décisions émanaient du seul comité exécutif aux mépris des statuts et règlements.

En indiquant que le parti allait revenir à ses vraies valeurs, Dioncounda Traoré voudrait-il dire que la démocratie interne était de retour au sein du parti et particulièrement du CE qui va maintenant se mette à l’écoute des militants et respecter dans l’esprit et à la lettre le règlement et statuts du parti ? En tous les cas, il en va de l’intérêt du parti et il s’agit là d’un défi auquel il devra faire face.


Sillons tracés

Les vraies valeurs de l’Adéma c’est aussi d’être une force de proposition. Or, de 2002 à 2007 l’Adéma a plutôt été une force d’accompagnement du président Amadou Toumani Touré.

Mais cette perte des valeurs de l’Adéma et auxquelles elle veut retourner s’explique aussi par le comportement de certains de ses responsables. La déclaration de son président Dioncounda Traoré, relayée par la presse à l’orée de la présidentielle de 2007 avait surpris plus d’un. Le président du parti invitait à soutenir la candidature d’ATT sous prétexte que sans cela, « ils auraient la justice, l’administration et la Sécurité d’Etat sur le dos ».

Voilà de propos qui ont bien surpris des militants qui se sentaient floués. Comme les textes interdisent de voter contre son propre parti, donc contre son candidat, l’Adéma s’était refusé d’en faire sortir de ses rangs pour des raisons non encore élucidées par le parti. Le fait que le candidat de l’Adéma sorte de ses rangs en 2012 n’est pas une surprise en soi. En le faisant, il s’agit d’un véritable retour à l’une des valeurs démocratiques de l’existence même d’un parti politique surtout d’un grand parti comme l’Adéma.

Mais la question qui demeure est de savoir comment elle va s’y prendre pour ne pas retomber dans le scénario de 2002. Il n’est pas, à coup sûr, de rééditer l’expérience d’une convention, avec des primaires, qui, en réalité, s’avère être la méthode la mieux démocratique pour un parti de désigner un candidat en l’absence d’un consensus.

Le président Dioncounda Traoré et son équipe ont du pain sur la planche. En 2012, il faudra compter avec d’autres partis politiques que sont l’URD, le RPM, l’USRDA, le Cnid … « Nous allons tout mettre en œuvre pour mériter de votre confiance, partir la tête haute », avait-il dit, à la clôture du congrès.

Attendons de voir.

Denis Koné

10 Novembre 2008