Partager

Le palais de Koulouba a abrité hier, le dernier conseil des ministres du gouvernement de la transition. Dioncounda Traoré, le Premier ministre Diango Cissoko , les ministres et leurs collègues ont fait les adieux. Ce conseil des ministres extraordinaire a été marqué par la remise au président par intérim Dioncounda Traoré, du rapport du gouvernement de transition par le Premier ministre Diango Cissoko, à quelques quarante huit heures de la fin de leur mission.

A cette occasion Dioncounda Traoré s’est réjoui des résultats atteints : « sans aucune forme d’auto-satisfecit, nous pouvons affirmer fièrement : nous avons gagné le pari. ». A la manière des Anglo-Saxons, nous pouvons crier : « Yes, We Did It ! ». Oui, Nous l’avons fait ! Oui, nous avons relevé un challenge fou ! Oui, nous avons accompli une mission quasi impossible !

Oui, nous avons réussi la double-mission de la Transition », s’extasiait-il. La Feuille de route de la transition adoptée par l’Assemblée nationale, le 29 janvier 2013 confiait deux missions essentielles à la transition : le rétablissement de l’intégrité territoriale du pays et l’organisation d’élections générales transparentes et crédibles.


A cette occasion, le Président par intérim a exprimé sa gratitude au gouvernement dirigé par le Premier ministre, Diango Diakité. « Cette gratitude, elle n’est ni feinte, ni de circonstance ! Elle est sincère de cette sincérité qui transparait dans la joie des populations libérées du joug de l’occupation.

Elle n’a d’égal que le bonheur de ces hommes, femmes, jeunes, vieux et enfants qui rentrent chez eux après de longs mois de souffrance dans les camps de réfugiés dans les pays voisins. Ma gratitude, celle que je vous exprime, elle se mesure à l’aune du bonheur des populations du Nord qui assistent au retour progressif de l’Administration, des banques, des services socio-sanitaires, du commerce, des ONG, de la sécurité… et même des premiers touristes dont je salue le courage et la générosité.

Ma gratitude, enfin, c’est celle qui se jauge à l’échelle du bonheur des populations du Mali tout entier qui se réjouissent du retour à la normalité de leur quotidien d’une part, et du retour du Mali dans l’arène internationale d’autre part », a-t-il indiqué.

Cependant lors de cette cérémonie d’adieu, le président qui a dirigé le Mali pendant la transition n’a pas eu que des propos diplomatiques, allant jusqu’à tomber dans la stigmatisation sans citer de nom, et pointant du doigt la presse en ces termes: « dans la nouvelle vie qui sera la vôtre dès le 04 septembre, date de l’entrée en fonction du nouveau Président de la République, ne soyez pas surpris d’être attaqués dans la presse, d’être brocardés et même vilipendés.

Souffrez que ceux qui n’ont rien apporté au Mali et à l’Humanité usent et abusent de leur droit d’inventaire de votre bilan. Souffrez qu’ils inventent et grossissent les traits de ce qu’ils auraient aimé être votre passif », a déclaré celui qui devait avoir la lourde tâche d’être le Président de tous les Maliens. Visiblement le discours du président Dioncounda a été empreint d’amertume, à 48 heures de sa séparation du fauteuil présidentiel. « Sachez qu’il y a eu une vie avant le Gouvernement, et qu’il y en aura une autre après. L’horloge de votre vie en tant que citoyen et en tant que serviteur de l’Etat doit continuer de fonctionner… », Confie-t-il à ses collaborateurs.

A noter que les membres du gouvernement ont été élevés à différents grades de l’Ordre national du Mali.

B. Daou

03 Septembre 2013