Partager

D’insignifiantes augmentations dans le budget 2013 de la Défense : Matériel de fonctionnement : 759 245 000 F CFA contre 731 245 000 F CFA en 2012 – Entretien véhicule et réparation : 218 874 000F contre 212 442 000 F CFA en 2012

L’Assemblée nationale vient d’ouvrir sa session d’octobre dite session budgétaire. Par rapport à loi de finances 2013 à laquelle la commission des finances de l’Hémicycle va bientôt s’attaquer, on peut légitimement s’attendre à des augmentations significatives des dotations budgétaires au niveau du département de la Défense. Mais, faute de moyens, les recettes de l’Etat étant très limitées du fait de la crise, c’est avec peine qu’on peut parler d’augmentation.

La session budgétaire de l’Assemblée nationale s’est ouverte le lundi 1er octobre 2012 Place de la République, sous la présidence de l’honorable Younoussi Touré. Le principal point d’attraction de cette session d’octobre est l’examen de la loi de finances avec comme instrument essentiel le budget d’Etat 2013 de la République du Mali. Le volumineux document contenant les dispositions de la loi de finances a été distribué aux députés membres de la commission finance le week-end passé.

Une analyse sommaire du document, dont nous nous sommes procuré copie, permet de noter dans l’ensemble de très légères augmentations des dotations budgétaires au niveau du ministère de la Défense. Alors même que le contexte impose que l’Etat dote la grande muette de moyens adéquats pour faire face à sa mission au nord du pays.

A titre d’exemple, pour les « dépenses en matériel de fonctionnement des services », les prévisions annoncent un montant de 759 245 000 F CFA pour 2013 ; alors que ce poste était à 731 245 000 F CFA en cette année 2012.

Selon les explications contenues dans les « Annexes explicatives services votés et mesures nouvelles« , cette légère hausse est due au renforcement des provisions destinées à la prise en charge des dépenses liées à l’achat de petits matériels de bureau et de consommables de premier usage pour les structures comme l’Armée de terre, l’Armée de l’Air, la Direction de la justice militaire, le service social des Armées, le Centre d’instruction de Koulikoro, etc. On peut aussi citer les « fournitures techniques« , dont les dotations de 2012 étaient de 3 691 125 000 F CFA.

Elles ne passent qu’à 3 711 125 000 F CFA. L’augmentation s’explique, selon le document, par le renforcement des crédits destinés à la prise en charge des dépenses relatives à l’habillement, l’ameublement, le campement et couchage pour la direction du Commissariat des Armées ; à l’achat de matériels et produits pharmaceutiques pour la Direction centrale du service de santé des Armées; à l’achat de matériels de télécommunication et accessoires pour la Direction de la transmission et des télécommunications des Armées ; à l’achat de matières premières ( bois, fer, aluminium) pour le fonctionnement des ateliers militaires centraux de Markala, à l’achat de râteliers d’armes, etc.

La dotation en carburant et lubrifiants passe de 1 332 681 000F à 1 507 681 000 F CFA. Cette augmentation est imputable au renforcement de l’inscription destinée à la prise en charge des marchés relatifs à la fourniture de carburants et ingrédients aux Etats-majors et services et aux commandes du même type.

Au compte de l’entretien véhicule et réparation, on note une prévision de 218 874 000 F en 2013 contre 212 442 000 F CFA en 2012. Malgré l’état de délabrement du parc auto de l’Armée, les frais d’entretien des véhicules sont annoncés pour une prévision de 196 472 000 F, alors qu’ils étaient de 188 472 000 F CFA cette année 2012. La provision est destinée à la prise en charge des dépenses liées à l’achat des pièces détachées des véhicules, l’entretien du parc auto de tous les États-majors et services, etc.

Bruno D SEGBEDJI

03 Octobre 2012