Partager

Face aux menaces contre les festivités du Maouloud : Dieu a attaché une couronne d’enfer au coup des terroristes

Iyad Ag Ghali et ses adeptes avaient lancé un ultimatum aux principaux organisateurs de la fête du Maouloud afin d’en obtenir l’interdiction. Leur diabolique plan d’action était d’éliminer physiquement de grands prêcheurs tels Chérif Ousmane Madani Haïdara, Thierno Hady Thiam, Moussa Traoré de Bagadadji et d’autres célébrités qui dirigent les festivités du Maouloud. Mais Le Bon Dieu a érigé devant les fossoyeurs du Maouloud une forteresse de préoccupations qui les éloigne définitivement de leur intention criminelle. Que dire de cette réaction divine ?

De toute l’histoire de l’humanité, Dieu a assujetti ses créatures au respect de ceux qui l’adorent. Qu’ils soient notamment musulmans ou chrétiens de quelque bord ou confrérie ou secte que ce soit. Les prophètes ont tous gardé le même respect si bien que Issa n’est autre que Jésus Christ, pour ainsi dire la même personne avec la liberté religieuse pour chacun de lui prêter la vocation relevant de sa confession. Ajoutons que Mahomet, acculé par les siens à la Mecque, a momentanément trouvé refuge chez les chrétiens, sans qu’il se reconvertisse, et contre lesquels il n’a jamais engagé de Jihad. Comme quoi, des musulmans qui agressent aujourd’hui des chrétiens a fortiori d’autres musulmans, et vis-versa, n’ont aucun respect pour Dieu et les prophètes. C’est pourquoi ils font des crimes au nom de Dieu, ils détruisent les lieux saints, ils violent les femmes, coupent pieds et mains de leurs prochains ou les tuent. Et ils finissent dans l’enfer ici même sur terre. Les kamikazes, forme d’autodestruction par des armes à feu, toutes les opérations suicides de leur part et le déferlement actuel des avions de combat sur leurs bandes criminelles sont assez illustratifs de leur destin tourmenté sur terre. A ne pas suivre.

En tout état de cause, ceux qui ont le nom d’Allah à la bouche et les actes sataniques comme activité n’ont rien de religieux. C’est connu que leur apanage est la drogue et l’alcool et que leur quotidien est le terrorisme. Vaincus en Libye, Iyag Ag Ghali et ses adeptes seront détruits au Mali. Qui vivra verra !

Mamadou DABO

Zénith Balé du 14 Janvier 2013