Partager

Les Maliens sont de grands voyageurs, ils sont partout dans le monde. L’empire du Mali fut le lieu de rencontre du commerce du sel et de la cola. Les Maliens de l’extérieur sont une richesse qu’il faut organiser pour que tout le Mali en bénéficie. Ils sont très nombreux, personne ne peut dire exactement combien sont-ils. Ils vivent dans soixante (60) juridictions identifiées dans toutes les conditions. Selon le RACE (Recensement Administratif à Caractère Electoral) de 2001, les Maliens de l’extérieur sont estimés à 4 millions à travers le monde. Et le Mali dispose d’une trentaine d’ambassades et de neuf consulats. La création de ces juridictions s’inscrit dans le cadre de la politique de l’Etat de faire en sorte qu’elles puissent être proches des Maliens de l’extérieur.

Si officiellement, ils sont près de 4 millions en réalité, les autorités maliennes ne savent pas combien sont nos compatriotes qui vivent à l’étranger. Mais en réalité, il y a plus de 6 millions de Maliens de la diaspora. Le RACE n’a pas touché beaucoup de nos compatriotes.

Côte d’ivoire, Abidjan reste leur fief, c’est le pays africain qui dispose de la plus forte colonie malienne. Plus de la moitié exactement les ¾ des Maliens de l’extérieur vivent en Côte d’Ivoire. La juridiction d’Abidjan dispose de la plus forte colonie malienne. Ils sont estimés à 3 millions. Après Abidjan, c’est la juridiction de Ouagadougou qui couvre le Burkina Faso et le Niger. Ici on a recensé 800.000 Maliens.

Au Ghana, le Togo et le Bénin, ils sont estimés à 500000, en Centrafrique, 700000 au Gabon, au Congo RDC et au Congo Brazzaville à 200.000. En Angola, en Zambie et en Afrique du Sud, on en dénombre 100.000.

En Afrique Orientale, le Caire, le Chypre il est impossible de dénombrer les Maliens. Il existe des villages où on ne parle que Sarakollé, dogon et sonrhaï. La juridiction de Dakar, qui regroupe la Gambie, le Cap Vert, compte 200.000 Maliens.

En Mauritanie, le RACE a permis de dénombrer 50.000 Maliens. A Conakry (Guinée), Guinée Bissau, Sierra Léone, le RACE a enregistré 25.000 Maliens. Au Nigeria 20.000 ; l’Algérie dispose de 10.00 Maliens avec une forte colonie d’étudiants. Tripoli (Libye) a en charge 10.000 Maliens. A Rabat et à Addis-Abeba (5000) ; à Pretoria et Tunis (250).

En Europe : la juridiction de Paris comprend : le Portugal et le Vatican occupent la première place avec plus de 130.000 Maliens recensés. A Berlin, il y a 23.000, Moscou 5000 Maliens, près de 3000 à Bruxelles, Pays Bas et Suisse (500). Le reste de l’Europe compte quelques 200.000 Maliens.

En Arabie Saoudite, Oman, le RACE a enregistré 25.000 Maliens. A Tokyo, Indonésie, Singapour (5000). Pékin ; Corée et Téhéran, Iran 1000 Maliens. Il faut noter que 10000 Maliens vivent aux USA. Au Canada, 2.000 recensés tous des étudiants.

Au delà du chiffre officiel de 4 millions, on constate en réalité que nos compatriotes sont très nombreux à travers le monde. Parmi. Ces nombreux Maliens de la diaspora seulement 634 sont des fonctionnaires travaillant dans les organismes internationaux. Deux cent cinquante (250) professeurs ont pu être recensés.

Les Maliens de l’intérieur sont estimés à 12 millions d’âmes. Douze millions de défavorisés économiques. La seule alternative qui s’offre aux Maliens est l’émigration à la recherche de fric afin de faire bouillir la marmite.

Au Mali, la conjoncture sévit dans tous les domaines. L’école ne forme plus de futurs cadres, la fonction publique n’embauche plus, les nombreuses taxes et la lourdeur administrative ne permettent pas de construire des usines, le commerce ne rapporte plus à cause de la contrebande, le secteur formel ce qui complique l’épanouissement du commerce, ajouté à cela le secteur du transport urbain tenu par les hauts cadres de l’administration publique.

Tous ces faits rendent impossible une vie décente aux Maliens de l’intérieur. Face à l’indifférence des décideurs, les Maliens ont compris qu’il faut se battre ailleurs pour donner à boire et à manger à leur famille.

Environ une dizaine de banques et leurs agences, soixante caisses d’épargne et d’autres structures commerciales affiliées aux réseaux d’envoi de Western Union payent plus de 10 milliards par an aux Maliens de l’intérieur comme aide aux familles.

Raison pour laquelle une haute autorité de la République disait : « l’aide financière des Maliens de l’extérieur représente 36% dans le budget national ». Dix milliards de nos francs qui dépassent de loin le budget du ministère des Maliens de l’Extérieur.

Safounè Koumba

18 juin 2007.