Partager


Le ministre en charge du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes âgées, Sékou Diakité, a procédé à des nominations, le 27 novembre dernier, au niveau de son département. Ainsi, Cheick Mohamed Thiam, sociologue de formation, compagnon de Cabral, démocrate convaincu, a été nommé directeur régional du Développement social et de l’Economie solidaire du district de Bamako.

A Sikasso, Kassoum Diabaté a été nommé directeur régional de ce service tandis qu’à Ségou et Koulikoro, c’est Almahadi Ibrahim et Soumana Coulibaly qui occupent desormais le fauteuil de directeur régional

Face à ces nominations, le syndicat de ce département a cru bon de hausser le ton.

Qui mieux que Mamoutou Thiam mérite ce poste, tant par son profil que par son parcours militant? Les autres cadres nommés également ont prouvé, partout où ils sont passés, leur engagement et leur compétence. Pour une fois, le syndicat du Développement Social a raté le coche. Au lieu de s’intéresser à l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses militants, il a préféré empiéter sur les prérogatives du ministre Sékou Diakité en mettant en cause ses nominations, du reste, conformes au cadre organique du département.

C’est pourquoi, en réponse à la lettre de protestation du syndicat, Sékou Diakité a été très laconique :  » Je n’ai aucun commentaire à faire sur vos appréciations relatives aux nominations survenues ou celles à venir. Toutefois, je voudrais réitérer à la section syndicale, toute ma disponibilité et mon engagement à examiner toutes questions relatives à l’amélioration des conditions des travailleurs, en vue de la réalisation des missions du ministère du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées « .

Cette réponse n’a pas satisfait le syndicat qui, par presse interposée, qualifié ces nominations de politiques. Parce que simplement, Cheick Mohamed Thiam est le Secrétaire à la Communication du Comité Exécutif. Thiam ayant la compétence, sa couleur politique ne devrait pas le défavoriser. Au contraire, elle devrait être un atout surtout que le département est dirigé par le deuxième vice – président des abeilles.

Au Mali et partout ailleurs, toutes les nominations sont politiques. Il n’existe pas un concours encore moins un examen pour choisir les membres des cabinets ministériels et les directeurs régionaux. Les nominations procèdent d’une volonté politique.

A suivre.

Chahana TAKIOU

16 Décembre 2008