Partager


Les PTF déplorent les contre-performances du projet et somment l’Etat malien à se ressaisir


Une réunion sur le panel Développement institutionnel décentralisation a été organisée, le jeudi 26 juin, par le Commissariat au Développement Institutionnel à travers le ministère du Travail, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État en collaboration avec le département de l’Administration territoriale et des Collectivités locales. La journée a vu la participation de tous les acteurs concernés. C’était au Grand Hôtel de Bamako.

Ladite rencontre a été coprésidée par les ministres du Travail la Fonction publique et de la Réforme de l’État, Abdoul Wahab Berthé et celui de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné.

Cette rencontre se proposait, entre autres, de faire l’état de la mise en œuvre du Programme de Développement Institutionnel (PDI) et de la décentralisation en 2007 ainsi que du suivi des priorités politiques des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

Le panel, comme l’a rappelé le ministre Abdoul Wahab Berthé est une séance habituel permettant aux différents acteurs de faire le point du parcours, en vue de connaître, ce qui n’a été fait et ce qui aurait du être fait et pourquoi les résultats n’ont pas été atteints.

« Il s’agit d’une séance au cours de laquelle, il y a une évaluation du parcours par rapport aux objectifs et par rapport aux états. Ce panel recoupe l’un des objectifs du gouvernement s’agissant du renouveau de l’action publique et particulièrement à ce qu’ensemble avec les partenaires techniques et financiers nous puissions aboutir aux meilleures reformes pour l’intérêt essentiel du Mali » a souligné le ministre Berthé.

C’est pourquoi, il a invité les participants à faire des observations et des propositions pour améliorer et accélérer les différentes actions à entreprendre en matière de Développement institutionnel et de décentralisation.

Pour le représentant des partenaires techniques et financiers, Ciacomo Durarro, la reforme de l’Etat se doit d’être au centre de la politique du Gouvernement du Mali et la modernisation de la fonction publique et la décentralisation sont essentielles pour une amélioration de la gouvernance de l’Etat, de la démocratie locale, de la lutte contre la corruption ou tout simplement de la lutte contre la pauvreté.

Il a estime dans le cadre du suivi des priorités politiques, des avancées sont peu significatives. « Il n’existe à ce jour aucune amélioration dans la concomitance des ressources financières liées aux transferts des compétences en matière de fonctionnement.

Le positionnement et les capacités du Commissariat au Développement Institutionnel (CDI) ne lui permettent pas de jouer son rôle moteur de catalyseur des reformes institutionnelles de l’Etats et l’opérationnalisation du Fonds national d’appui aux collectivités territoriales (FNCAT) n’est toujours pas effective depuis le 1er janvier 2008  » fera remarquer l’orateur.

Il a, cependant, exprimé les préoccupations des bailleurs de fonds sur la mise en œuvre du PDI. A le croire , les résultats atteints selon la mission d’évaluation conjointe en cours seraient compris entre 50 et 75 %.

« Les retards importants dans la production des indicateurs du PDI et dans l’établissement des conditionnalités du PARAD ont également pour conséquence la non mobilisation à ce jour des tranche fixe et variable 2008 de l’appui budgétaire du PARAD d’un montant de 8,5 milliards de F CFA » a-t -il indiqué. Avant de prôner la prise de quatre mesures concrètes pour la fin de l’année 2008.

Ces mesures sont l’application effective du décret de décembre 2006 de restructuration du CDI avec le recrutement du personnel manquant et la mise en œuvre des indemnités en faveur de ses cadres, la création des Directions des Ressources Humaines (DRH) dans certains ministères-pilotes conformément au plan opérationnel du PDI,

la mise ne place d’un dispositif national d’appui technique autour des préfets fondé sur la déconcentration du MATCL accompagné de la mise en état opérationnel de la base de données OISE ainsi que la présentation des résultats détaillés des audits organisationnels et des cadres organiques afférents aux différents groupes thématiques PTF concernés.

Dans le cadre de l’état de la mise en œuvre du PDI, Abdoulaye Aguissa Maïga du Commissariat au Développement Institutionnel, a souligné la création des directions des ressources humaines, la valorisation des fonctionnaires en terme de plan de carrière et de formation,

ainsi que la création de l’ENA et du Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) qui, selon lui, constituent autant de leviers importants pour la promotion des ressources humaines de l’État et des collectivités territoriales, la mise en place de la fonction publique territoriale, l’adoption d’un décret relatif aux incitations statutaires pour la mobilité des fonctionnaires.

Ramata TEMBELY

27 Juin 2008