Partager

Ainsi, le CRT vient de produire son rapport 2004. C’est à travers ce rapport qui fait le rapport financier de la structure, celui des activités menées au cours de l’année notamment les décisions prises afin d’assurer la transparence qu’on évolue son efficacité, sa promptitude, mais aussi son impartialité dans un contexte concurrentiel de télécommunication.

Selon les termes du rapport “l’année 2004 a été dans les faits la première année pleine de concurrence dans le secteur des télécommunications au Mali”. Il ressort que le fait concurrentiel est en train de s’installer de manière saine et pérenne.

UNE BAISSE DU COUT DES COMMUNICATIONS

Le rapport souligne avec satisfaction une baisse des tarifs des services de la téléphonie. Ainsi, le prix des communications mobile à mobile intra réseau en prépayé est passé de 200Fcfa/mn en moyenne à 168Fcfa/mn.

Pour ce qui est des communications internationales les destinations européennes ont connu pour le réseau fixe de la Sotelma une baisse de 25% en passant de 600Fcfa à 450Fcfa/mn.

A cela il faut ajouter le fait que les deux opérateurs de téléphonie rivalisaient de ventes promotionnelles au cours de l’année.

Le rapport note également une extension de la couverture géographique du téléphone à plusieurs dizaines de villes secondaires du pays.

Ainsi, le taux de pénétration du téléphone croit en passant de 2,8% à la fin de 2003 à 4,1% au 31 décembre 2004. Au même moment, le nombre total d’abonnés est passé de 308148 à 472394, soit une augmentation de plus de 50%.

Le rapport salue en outre le bon état d’esprit des deux opérateurs, notamment dans le cadre de leur nécessaire collaboration afin d’offrir des services de qualité aux Maliens.

Dans ce sens, l’interconnexion établie entre les deux opérateurs en juin 2003 n’a jamais été interrompue. Il faut aussi souligner que l’arbitrage du CRT est pour beaucoup dans le maintien de cet environnement propice à la concurrence.

La structure a pu ainsi élaborer de nouveaux tarifs d’interconnexion appliqués à partir du 1er janvier 2005. Ce sont là quelques signaux positifs enregistrés par le CRT dont profitent tous les acteurs du secteur.

DES FACTEURS DETERMINANTS DANS LE DEVELOPPEMENT

Lorsqu’on se réfère au rapport 2004 du CRT, il ressort que trois événements focalisent l’attention relativement au développement des télécommunications.

Il s’agit de la réalisation de la pose par la Sotelma de câbles à fibre optique sur l’axe Bamako-Sikasso ayant amélioré la connectivité inter-Etats (Mali-Burkina Faso et Mali-Côte d’Ivoire). Plusieurs localités de cet axe routier ont aussi vu leur desserte s’améliorer.

Le second facteur est le démarrage de la commercialisation par Ikatel d’une part d’Ik@net son service internet et d’autre part de son service de téléphonie fixe.

Pour ce qui est du troisième facteur, il se rapporte au démarrage de la commercialisation par la Sotelma de son service de réseau d’accès sans fil à la téléphonie fixe à Bamako appelé I@fa.

En plus de ces aspects, il y a la signature en 2004 d’un accord de financement en “appui aux sources de croissance” des télécommunications du Mali. Cela est devenu possible grace à l’appui financier de la Banque Mondiale à la réforme du secteur.

On note par ailleurs la participation des agents du CRT à des conférences internationales au cours de l’année. Au-delà de tous ces aspects, il ressort que le CRT est encore mal structuré.

Pour un plein accomplissement de ses missions, le comité doit être mieux structuré. C’est l’évolution même du secteur qui lui impose cela.

Moussa SOW

30 novembre 2005.