Partager

Des centaines de pèlerins juifs tunisiens et étrangers ont afflué dimanche à la Ghriba, la plus ancienne synagogue d’Afrique située sur l’île tunisienne de Djerba, au deuxième et dernier jour d’un pèlerinage annuel qui s’est tenu sous très haute sécurité. Cette célébration joyeuse et détendue, aux allures de réunion de famille, a commencé vendredi avant une interruption samedi en raison du Shabbat. La ministre du Tourisme Amel Karboul s’est rendue en fin de journée à la Ghriba pour s’adresser aux pèlerins. Elle s’était auparavant réjouie devant la presse que pour beaucoup de juifs ayant quitté la Tunisie, le pèlerinage de la Ghriba soit le moyen de « renouer avec leur identité tunisienne ». L’affluence reste toutefois loin des quelque 8.000 personnes qui se pressaient à la synagogue avant l’attentat-suicide au camion piégé de 2002, qui avait fait 21 morts dont une majorité de touristes allemands. Entre cette attaque et la révolution de janvier 2011 qui a fait tomber le régime du président Zine El Abidine Ben Ali, les festivités à la Ghriba attiraient en moyenne 3.000 personnes chaque année.Les crises politiques à répétition et l’essor d’une mouvance jihadiste armée en 2012 et 2013 ont freiné l’affluence, qui s’est limitée à quelques centaines de visiteurs. AFP.