Partager

C’est dans la mouvance de la fête nationale de la femme en Tunisie, que le coup d’envoi de la deuxième édition de la course féminine à la voile a eu lieu à Sidi Bou Saïd près de Carthage.

Elles sont au nombre d’une vingtaine de navigatrices porteuses d’un message qui se rendront dans cinq ports de la rive nord de la Méditerranée à savoir, Monaco, Naples, Marseille, Valence et Athènes.

Cette régate de voile menée par des femmes courageuses et pionnières de la paix et du développement, à l’instar de leur inspiratrice la reine Didon « Elisa », rentre dans l’histoire par sa contribution aux efforts visant à rapprocher les rives de la Méditerranée les unes des autres.

Le départ de la régate a enregistré la présence de Mme Aziza Htira, présidente de l’Union Nationale des Femmes Tunisiennes, du vice président de la municipalité de Sidi Bou Saïd, de l’Ambassadeur du Liban en Tunisie, Chockri Abdou, ainsi que de l’initiateur de la course, Nejib Gouia.

La présidente de l’Union Nationale des Femmes Tunisiennes, a souhaité bon vent aux participantes à la course.

Elle rappellera que cette année pour les raisons d’un retour de la paix au Liban, la Route d’Elisa a été orientée vers plusieurs routes pour la paix, la tolérance et l’amour entre les peuples.

Le vice président de la municipalité de Sidi Bou Saïd, s’est réjoui de l’organisation de cette course au large à partir de cette ville de la banlieue nord de Tunis.
Il a cependant invité les navigatrices émérites de cette édition de la route d’Elisa à mettre à profit cette entreprise, afin que les ports qui les accueillent écoutent et transmettent le message dont elles ont la charge.

Les navigatrices laisseront, cette fois-ci, la compétition pour relever un autre défi. Elles seront à travers le sport championnes de la paix, ambassadrices d’Elisa et messagères de Carthage pour une Méditerranée qui refuse l’indifférence et la guerre.

De plus, elles seront le point focal d’échanges, du dialogue et de la solidarité en renouant avec la tradition millénaire de coexistence pacifique entre les peuples qui bordent la Méditerranée.

Il faut rappeler que le parrainage que l’Organisation des Nations Unies a accordé à la Route d’Elisa dès sa première édition lui confère une dimension plus forte que jamais.

La Route d’Elisa entend apporter sa contribution aux efforts déployés pour briser l’isolement et le silence, rompre le cycle de la haine et de la dévastation, éloigner le fléau de la guerre et ses cohortes de misère.

Mustapha Sinaceur, qui a pris la parole au nom des Nations unies à Tunis, a affirmé que cette course de voile menée par des femmes  » courageuses et pionnières de la paix et du développement,à l’instar de leur inspiratrice la Reine Didon « Elisa », entre dans l’histoire par sa contribution aux efforts visant à rapprocher les rives de la Méditerranée les unes des autres« .

Pierre Fo’o MEDJO

23 août 2006