Partager

Deux Européens, identifiés comme des Français par la gendarmerie, ont été tués jeudi matin par une foule d’émeutiers qui a brûlé leurs corps, sur l’île touristique malgache de Nosy Be, théâtre de violences depuis la veille à la suite du meurtre d’un enfant de 8 ans. « Les deux étrangers sont des Français, nommés Sébastien et Roberto, ils ont avoué sous la torture (des émeutiers) avoir commis des trafics d’organes », a déclaré à l’AFP l’adjoint du commandant de la gendarmerie nationale, le général Guy Bobin Randriamaro. L’un des deux est un Français, a indiqué le ministère français des Affaires étrangères, le porte-parole du Quai d’Orsay Philippe Lalliot, ajoutant que Paris recommandait aux Français présents à Nosy Be de ne pas se déplacer, et que l’école française avait été temporairement fermée. Selon d’autres sources sur place, l’une des deux victimes serait de nationalité italienne. Selon le site d’information malgache en ligne orange.mg, un témoin a affirmé que la foule avait ciblé les deux hommes car elle les soupçonnait d’avoir commandité l’enlèvement de l’enfant, mais n’a montré aucune agressivité contre les autres étrangers. Les émeutes ont commencé mercredi à la suite de la disparition d’un garçon de 8 ans. Convaincue que son ravisseur était détenu à la gendarmerie de Hell-Ville, la capitale de l’île, une foule en colère s’est regroupée pour réclamer sa tête. Les gendarmes se sont défendus, affirmant avoir tiré en l’air pour disperser la foule, mais au moins une personne a été tuée et deux autres blessées. AFP