Partager


Depuis un certain temps, un groupe de dissidents dirigé par Makan Sidibé (France) conteste la légitimité du président actuel du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME), M. Abderahamane Chérif Haïdara. C’est ainsi que le mois dernier, lesdits dissidents ont organisé une assemblée dite extraordinaire au centre Djoliba. Une assem-blée que le président actuel ne reconnaît pas du tout.

Le problème majeur qui secoue en ce moment le HCME, c’est la gestion des fonds encaissés par les missionnaires. Or il s’est avéré que tous ces missionnaires sont composés de ces dissidents.


Pourquoi cette agitation au sein du H.C.M.E.?

Dans le souci d’amoindrir les frais, le bureau exécutif du HCME a fixé les dépenses des missions comme suit : 12.500 FCFA pour les frais de mission et 25.000 FCFA pour l’hébergement. La mission ne peut excéder sept jours. Malheureusement, cette mesure n’a jamais été respectée par les missionnaires : le trésorier général Amadou Ousmane Dicko et Oumar Touré. Après avoir détourné de l’argent, ces deux responsables, craignant des poursuites judiciaires, ont tout simplement cherché des polémiques, pour distraire l’opinion publique.

Le trésorier Amadou Ousmane Dicko a encaissé 34.000.000 FCFA et n’a versé que 500 000 dans le compte. Le reste a été dépensé sans ordonnancement. Or selon les textes, seul le président est habilité à donner l’ordre des dépenses. Quant à Oumar Touré, il reste redevable, au HCME, de la somme de 2 491 000 FCFA sur l’ensemble des missions qu’il a eu à effectuer. Ce qui a rendu difficile.

à la raison, rien n’y a fait. Certains renouvellements ont pu se faire : sur les 66 pays, 45 ont été renouvellés, 11 sont en cours et 10 n’ont pas été renouvellés.

Les dissidents hors de la légitimité

Conformément aux recommandations des nouveaux textes, une Commission Autonome de Contrôle Financier (CACF) a été mise en place, afin de procéder à un audit sur les comptes relatifs, d’une part, à la vente des 500 lots concédés par l’Etat au HCME, et d’autre part, à la gestion de la coopérative d’habitat “Soutoura”, et des cartes de membres vendues.

Après plusieurs mois d’investigation, la commission a présenté un rapport suivi de recommandations. C’est ainsi que le trésorier général Amadou Ousmane Dicko a été désaisi de la gestion financière du HCME à cause des malversations financières constatées.

Le compte actuel a été fermé, car depuis 2002, il n’a pas bénéficié de versement de la part du trésorier général du HCME. Enfin, les personnes reconnues coupables de malversations ne pourront pas participer au reste du renouvellement des instances de base.

Ce rapport qui inquiète une partie des dissidents dont les noms y apparaissent, sont en train de tout faire pour créer la zizanie au sein du HCME. Ce qui explique la convocation de l’assemblée générale dite extraordinaire par ces dissidents.

Or en la matière, seul le président ou les membres du bureau du Haut Conseil -à la demande des deux tiers des membres- sont habilités à convoquer et statuer sur les points inscrits à son ordre du jour.

Conformément aux textes, ces dissidents sont donc hors de toute légitimité. En effet, parmi eux figurent deux démissionnaires (Makan Sidibé et Ibrahim Diawara), un député (Ismaël Samaké), un attaché de cabinet du ministre, Ibrahim N. Sidibé, six membres ne jouissant d’aucune légitimité, car n’ayant aucune base, et deux qui ont été démis par leurs bases pour comportement non compatible avec les statuts du HCME.

Aussi la procuration utilisée est anti-statutaire.

Selon nos sources, les résultats du rapport de la commission de contrôle financier seront bientôt remisà la justice malienne qui statuera sur le sort des auteurs présumés. Il est vraiment dommage qu’au moment où le HCME est en passe d’être reconnue comme une association d’intérêt public, et qu’une maison dite maison des Maliens est en voie de se mettre en place, un groupe de personnes réussisse à mettre les Maliens de l’extérieur dos à dos pour en faire un instrument au service de leurs ambitions personnelles.


Sadou BOCOUM

08 Juillet 2008