Partager

Les personnes interpellées suite aux représailles des forces de l’ordre et de sécurité contre la caravane des jeunes de l’opposition le 21 septembre que le camp Soumaïla Cissé qualifiait de prisonniers politiques ont été libérées lundi après-midi.

Naïni Coulibaly dit Bouba Fall, Oumarou Diarra, Amadou Niangado, Sékou Ballo, Chiaka Berthé, Kassim Coulibaly, Mme Michèle Moncourt, Mme Fanta Gamby, Mme Adam Cissé, Mme Ténin Cissé, qui étaient en garde-à-vue au commissariat du 1er arrondissement et au 5e arrondissement, sont désormais libres.
Interpellés au QG de campagne de Soumaïla Cissé et au siège de l’Association Kaoural Renouveau tard dans la soirée du 21 septembre suite à la caravane des jeunes de l’opposition, ils ont recouvré leur liberté, grâce à la détermination des avocats et leurs camarades politiques de l’opposition.

Si le camp de Soumaïla Cissé se félicite de cette libération, elle déplore quand-même les conditions d’arrestation et de détention. « Nous attendons le rapport. Des médecins sont en train d’examiner leur situation. Mais faudra-t-il, préciser qu’elles n’ont pas été traitées lors de la période de détention », a expliqué Abdrahamane Diarra, président de la jeunesse de l’URD, rappelant la violation du droit constitutionnel.
« Le droit de manifester au Mali est un droit constitutionnel. Encore une fois, nous condamnons avec la dernière rigueur ces actes inacceptables et exhortons les responsables à se ressaisir ».
Bréhima Sogoba



PARIS : Le CDR sabote la prise de contact du ministre Yaya Sangaré avec les Maliens de France

Le lundi dernier, dans le Consulat du Mali en France, l’initiative du nouveau ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, Yaya Sangaré, de prendre contact avec ses compatriotes vivant en France a été sabotée par une poignée d’individus se réclamant du CDR.

Quelques éléments surexcités se réclamant du Collectif pour la défense de la République (CDR) de Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath ont voulu passer outre les consignes du Consul général du Mali à Paris pour participer à une réunion de prise de contact initiée par le nouveau ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine avec les représentants des associations représentatives des Maliens établis en France.
Selon diverses sources concordantes, le forcing « des éléments du CDR » n’a pas été un succès. Car, ils ont été empêchés. Mécontents de se voir refuser l’accès à la salle de réunion, ils ont manifesté leur mécontentement sans pouvoir perturber le climat convivial et serein qui prévalait entre Yaya Sangaré et ses compatriotes établis en France.
« Nous n’avons été bloqués dans le consulat par qui que ce soit », rapportent des participants à la rencontre. « Il est vrai que pour des raisons de sécurité, la police a été alertée, mais tout s’est passé dans la sérénité », ajoutent-elles.
D’autres sources avancent qu’après la réunion, Yaya Sangaré et sa délégation ont quitté le Consulat sans escorte pour aller rencontrer le bureau du Haut conseil des Maliens de France. « Ils se sont faits une bonne publicité sur les réseaux sociaux sans effet sur la réalité », nous confie un membre du Consulat.
Joint au téléphone, Yaya Sangaré minimise « l‘incident ». « Je remercie l’ambassadeur et le Consul général pour la bonne organisation de mon séjour parisien qui m’a permis d’être au contact quotidiennement avec nos compatriotes vivant à Paris. Cela dans la communion parfaite, dans la fraternité et la courtoisie », rassure le ministre des Maliens de l’extérieur.

Oumar B. Sidibé
Du 26 Septembre 2018