Partager

Le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré et son homologue de Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, Sadio Gassama, ont procédé, le jeudi 15 mai, à la destruction de 200 kg de cocaïne, 4 tonnes de cannabis et 1115 boîtes et 20 cartons d’éphédrine saisis par les nos vaillantes forces de l’ordre sur la période allant de janvier à mai 2008.

Outre les ministres, l’événement a aussi enregistré la présence de plusieurs personnalités de la Santé, des Forces de Sécurité, de la Justice et des Finances.

Estimés à plusieurs millions de nos francs, ces produits qui viennent d’être détruits étaient destinés à la consommation.

La quantité de cannabis saisie s’élève à 21 sacs, 307 boules, 399 briques à poids non défini et des briques dont le poids total est de 3 tonnes 506 kilogrammes 95 grammes. La cocaïne mise à la disposition de la DPM est de 15 briques à poids non définis. En plus, une quantité de 1115 boîtes et de 20 cartons d’éphédrine a été reçue pour destruction.

A l’occasion, le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima, a tenu à féliciter les services de sécurité et des douanes pour leur vigilance et leur dévouement qui ont permis de mettre la main sur cette importante quantité de drogues/stupéfiants et produits pharmaceutiques. Il a estimé que ces efforts montrent la ferme volonté du gouvernement de lutter contre les stupéfiants qu’ils soient drogues dures ou douces.

«La drogue est un fléau qui tue un pays parce que c’est la jeunesse qui est concernée. Aujourd’hui, le combat que nous menons est de faire en sorte que la jeunesse soit préservée contre le fléau.

Un pays dont la jeunesse est droguée est un pays qui perd tous ses équilibres et repères» a-t-il poursuivi. En ce qui concerne la destruction des médicaments, le ministre Touré dira que ces médicaments illicites alimentent les pharmacies par terre. En plus de cela ces médicaments sont destinés aux paysans qui sont appelés à s’adonner aux travaux champêtres.

Combattre cela aujourd’hui, a relevé le ministre, est un axe cardinal de la politique gouvernementale. «Nous disons à tous ceux qui s’enrichissent à travers ces canaux que le gouvernement sera là pour les empêcher de détruire notre pays » a-t-il averti.

Pour le Général Sadio Gassama, depuis un an et demi, il a été constaté un trafic intense de drogue en provenance des pays côtiers de l’Afrique occidentale qui transite par Bamako. Les services de sécurité ont fourni beaucoup d’efforts pour détecter ces réseaux et depuis il y a eu beaucoup d’arrestations.

C’est pourquoi, il a félicité ces différents services impliqués dans la lutte contre la drogue. Il a, cependant, lancé un appel à toute la population d’aider les forces de sécurité à lutter efficacement contre le fléau. Il a adressé une mention spéciale aux agents des douanes qui ont fait beaucoup de saisies.

Notons enfin que ces produits composés de trois types de drogues/stupéfiants à savoir: le cannabis, la cocaïne et l’éphédrine et de produits pharmaceutiques ont été réceptionnés de janvier à mai 2008, par la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM).

Selon les spécialistes, les risques liés à l’usage du cannabis vont des troubles anxieux (survenue brutale d’une anxiété très intense, avec la peur de devenir fou, de perdre le contrôle ou de mourir) aux troubles psychotiques dont la schizophrénie.

Des risques vasculaires tels que l’infarctus du myocarde. Des troubles du rythme cardiaque et les accidents vasculaires cérébraux peuvent aussi survenir à long terme. L’usage régulier de la cocaïne provoque des hallucinations et entraîne un comportement violent, des états paranoïdes et un comportement suicidaire.

Quant à l’éphédrine, son usage détourné peut causer des hémorragies cérébrales, des troubles psychiatriques ou encore des arythmies cardiaques pouvant aboutir à des infarctus du myocarde.

Ramata TEMBELY

16 Mai 2008