Partager

Ce principe a déjà été accepté. Il reste maintenant la désignation des 6 députés devant siéger au parlement de la communauté.

Le mandat du parlement de la CEDEAO prendra fin le 15 novembre prochain. Aussi, l’Assemblée nationale du Mali à l’instar des autres institutions parlementaires de la sous-région est elle invitée à renouveler le mandat de ses sept représentants.

Ce sont : le Pr. Ali Nouhoum Diallo, Habibou Sofara (ADEMA) le président Ibrahim Boubacar Keita, Mamadou Diarrassouba, Mme Sangaré Oumou Bah (RPM) Yaya Haïdara (CNID).

Aujourd’hui, il n’est pas sûr que tous ces députés rempilent pour la simple et bonne raison que le groupe parlementaire URD avec ses 19 députés réclame un siège et celui du collectif des députés indépendants (CODI) avec 12 élus demande également une place.

Cette nouvelle donne a provoqué une réunion des présidents des groupes parlementaires le mardi 14 juin. Quelques heures auparavant, le président de l’Assemblée nationale, IBK avait convoqué les mêmes afin de les exhorter à une compréhension mutuelle.

Déjà le principe d’accorder au CODI et à l’URD un siège chacun a été accepté par toutes les parties sauf revirement de dernière minute. En clair, l’ADEMA et le RPM ont renoncé chacun à un poste, suite aux réunions de chaque groupe parlementaire.

Le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice n’a eu aucune difficulté à porter son choix sur le Pr. Ali Nouhoum Diallo, l’autre prétendant Habibou Sofara après quelques hésitations s’est enfin désisté.

La situation était compliquée chez les tisserands puisque l’élu de Dioila et celle de la commune II veulent être désignés. IBK étant en déplacement, personne ne connaît ses intentions.

La balle est donc dans le camp du RPM qui doit choisir deux députés au lieu de trois en son sein. Ce qui est sûr, c’est que si IBK n’est pas intéressé, ces deux pourraient être reconduits. Dans le cas contraire, le groupe parlementaire RPM les départagera.

Mais nous n’en sommes pas là car beaucoup d’observateurs estiment que IBK doit rester pour rehausser le niveau de représentation du Mali.

La plénière prévue ce jeudi pour entériner, entre autres, la désignation des députés CEDEAO pourrait bien renvoyer cette question à la prochaine séance pour permettre au RPM d’arrondir les angles.

Précisons enfin que le président ATT a instruit au ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine de tout mettre en oeuvre pour réussir la réélection du Pr. Ali Nouhoum Diallo.

Chahana TAKIOU

16 juin 2005