Partager

En l’intervalle de 72 heures le président de la République, Amadou Toumani Touré a procédé à l’ouverture officielle à la circulation, des deux voies Kati-Kita et Diéma Didiéni qui relient directement notre pays aux ports de Dakar et de Nouakchott.

C’est la localité de Kita qui a accueilli dans la journée du jeudi dernier le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré qui, accompagné du ministre de l’Equipement et des transports, Hamed Diané Séméga, a procédé à l’ouverture officielle du tronçon qui relie Kita à Kati.

Située sur la route nationale 24 et longue de 162 km, cette route est d’une importance capitale pour les usagers qui ont longtemps souffert de l’état très défectueux de cette voie.

Pour le maire de Kita, Boly Keïta, le cercle de Kita occupe dans l’économie de notre pays une position stratégique qui se justifie par sa proximité avec certains Etats voisins : le Sénégal et la Mauritanie dont les ports seront désormais très accessibles.

« M. le Président, vous nous avez promis le bitumage de cette route et la promesse a été bien tenue avec le bitumage de la RN 24 », a affirmé qui n’a pas manqué d’évoquer les nombreux désagréments que l’état de cette voie causait jusqu’à une date récente.

Emu le vieux Moussa Keita, responsable de la chambre d’Agriculture de Kita ne trouvait pas les mots justes pour traduire toute la joie qu’il ressentait à l’inauguration de cette voie. «Avant, nous mettions banalement 3 heures entre Kita et Kati. Avec le bitumage de la voie le trajet nous prend à peine une heure… », s’est-il réjoui.

Pour Hamann Gabi, chef de la délégation de l’Union européenne, le bitumage de cette voie dont le financement a été assuré à 75% par l’union européenne à travers la KFW, est un acte de portée majeur, car il permettra désormais une facile liaison entre les zones de productions et celles de consommation.

Ce qui, observe-t-il, dénote de tout le poids économique de cette voie qui reliera désormais le Mali et les ports de Dakar et de Nouakchott par le sud.
Cette cérémonie entre en droite ligne de la politique du chef de l’Etat qui,à travers la réalisation d’infrastructures routières, s’est engagé à la fois à lutter contre la pauvreté et à promouvoir l’intégration régionale.

Après avoir remercié les populations de Kita et Kati pour la qualité de l’accueil, le président de la République qui a pris un bain de foule sur tout le trajet, est revenu sur les retombées économiques de cette voie Kita-Kati avant d’inviter les usagers à faire preuve de prudence.

Car, a-t-il indiqué, la route doit être plus un facteur de joie que de perte en vie. « Dans le PDES nous ne cessons jamais de parler d’intégration et de réalisation de routes qui permet de réaliser cette intégration », a déclaré le chef de l’Etat.


Solidarité nationale

Après l’étape de Kita, le président de la République et sa délégation ont été reçus deux jours après, dans la localité de Diéma pour l’inauguration de cette autre route importante : Didiéni-Diéma.

Attendu sur place aux environs de 11 heures, c’est finalement vers 13 heures que ATT et sa délégation ont foulé le sol de Diéma.

Après l’accueil par le gouverneur de Kayes, le colonel Mahamane Maïga, accompagné du préfet et du maire de la commune urbaine de Diéma, le chef de l’Etat a eu droit à tous les honneurs et autres marques de reconnaissance des populations du Kaarta qui lui ont témoigné toute leur joie suite au bitumage de ce tronçon qui fait 180 km et financé à hauteur de 11 milliards 218.70 F CFA.

La réalisation de cette voie, a expliqué le chef de l’Etat, est un vieux projet qui date de l’époque de la transition où il avait fait la promesse sous la forme d’un engagement aux populations de la localité de rendre le tronçon utilisable dans un premier et de le bitumer dans une deuxième phase. C’est ce second engagement que le président vient de traduire en réalité.

« Diéma est un carrefour. Et le bitumage de ce tronçon est une ouverture de notre pays aux Etats voisins du Sénégal et de la Mauritanie », a souligné le président de la République qui, conformément à certains besoins formulés, a annoncé la réalisation prochaine de 394 autres km de routes reliant Kayes, Diamou, et Bafoulabé.

Toutefois ? le président a été très ferme au sujet du péages et du pesage. Ce sont des mesures qui seront désormais appliquées à tous les usagers sans aucune restriction, a indiqué le chef de l’Etat pour qui il s’agit là d’une forme de solidarité nationale dont chaque usager doit s’acquitter pour faire face aux coûts d’entretien des infrastructures routières.

« La route nous revient très cher, il est donc normal que nous soyons plus exigeants quant à son utilisation », a précisé le président Att qui a lancé un appel aux gros porteurs pour que soient respecté les normes en matière de chargement.

OUMAR DIAMOYE

Envoyé Spécial

21 Juillet 2008