Partager

La police ougandaise a effectué une descente dans les locaux de deux journaux et d’une station de radio lundi, après la diffusion d’informations sur des dissensions dans l’armée à propos d’un éventuel remplacement du président Yoweri Museveni par son fils, d’après une note confidentielle du général David Sejusa Tinyefuza. « Nous voyons des policiers qui brandissent des fusils mais personne ne nous informe sur ce qui se passe »,nous a déclaré Alex Asimwe, le directeur du Daily Monitor, l’un des principaux quotidiens du pays.Plusieurs généraux –dont le chef de la police Kale Kayihura, le chef d’Etat-major des armées Aronda Nyakirima et le frère de M. Museveni Salim Saleh– ont condamné les affirmations du général Tinyefuza. Mais la principale personnalité militaire du pays après le président lui-même, le général Elly Tumwine, s’est désolidarisé d’eux, en affirmant qu’il ne fallait pas se précipiter pour condamner le général Tinyefuza. Un autre général et ancien commandant en chef des armées, Greg Mugisha-Muntu, s’est rallié à son point de vue. La station de radio KFM, propriété, comme le Monitor, de Nation Media Group et située dans le même immeuble, a également fait l’objet d’une descente de police. La police, « lourdement armée », a également fait irruption dans les locaux du journal The Red Pepper et a dit au personnel qu’« il n’était pas autorisé à quitter les lieux et que personne n’était autorisé à y pénétrer », selon des responsables du quotidien. La police ougandaise n’a pas réagi dans l’immédiat.AFP.