Partager

Les Comoriens sont appelés aux urnes le 17 mai prochain pour se prononcer par référendum sur la révision de la Constitution. Une révision basée essentiellement sur la réduction du pouvoir des chefs des exécutifs des îles et l’harmonisation des mandats. Le président des Comores, Ahmed Abdallah Sambi, a donc réussi à rallier l’opposition à son projet. Toutefois, des dissonances se font entendre sur le choix de la date des élections. En fixant la date du 17 mai pour le référendum, le président Sambi persiste dans son initiative de révision de la Constitution. Avec le temps, les acteurs politiques des Comores se sont ralliés à l’avis du chef de l’Etat, pour retoucher cette loi fondamentale. L’idée d’harmoniser les mandats et les élections pour diminuer les charges financières fédère tout le monde. Mais la date des élections les partage. Le président Sambi voudrait organiser sa succession en 2011, un an après la fin de son mandat. Les deux chefs des exécutifs de Moheli et de Njazidja décident de renoncer à leur mandat en 2010, pour empêcher Sambi de se représenter. Quant au président d’Anjouan, il refuse de quitter le pouvoir avant la fin de sa législature en 2013. (Rfi)