Partager

En ce début d’année, les filles et fils de Guéguigbeu 2, gros village de la sous-préfecture de Zoukougbeu, ont actuellement le sommeil troublé. C’est que depuis quelque temps, le village connaît des décès en cascade, surtout dans les rangs des jeunes.

jpg_se.jpgLa famille Orah a successivement perdu Orah Gbéli Pierre, Grarou Drissa, Grarou Yaya, Orah Moussa et Tadé Djibril. Ces défunts, selon les témoignages, ont tous connu le même destin. Les moments de joie en cette période de fête ont rapidement fait place à des craintes.

Tout le monde a peur d’être la prochaine victime des mangeurs d’âme. Pour couvrir l’innocence des suspects, et dénoncer les vrais coupables, l’épreuve du breuvage a engagé la procédure coutumière qui a réuni l’assemblée du village pour entendre le nommé Orah Issa.

Un octogénaire qui avait tout l’air du présumé cerveau de la confrérie des sorciers, vu les accusations portées contre lui et relatives à la haine qu’il avait pour son neveu, Orah Moussa.

Ce neveu qui avait été tant harcelé par son oncle pour une affaire de forêt n’a pu survivre. Suite à cette mort, la famille se décide à comprendre. Sur ce, un bras de fer est engagé et Issa est indexé comme auteur de la tragédie. Dans la recherche de la vérité, la voyante Massandjé est sollicitée.

Elle démasque 08 sorciers qui avouent leur forfait. Ces sorciers reconnus coupables des malheurs qui frappent le village sont évacués à Man, dans l’enfer de la voyante Massandjé.

Ils sont dépouillés de leurs puissances mystiques et réduits à néant, avant d’être raccompagnés à leurs domiciles où les jeunes ont tout saccagé. Un adjudant-chef des douanes qui avait été inscrit au tableau des personnes à exterminer en sorcellerie, a pu échapper au festin de fin d’année selon la révélation d’Orah Issa le chef des sorciers.

Marcel Zépré à Daloa

L’Inter (Quotidien Ivoirien) du 11 février 2009