Partager

« Il n’y a que le Mali qui compte. Après le Mali, y a foyi ! Nous allons récupérer tout le territoire occupé par les bandits », a laissé entendre sur l’ORTM l’un des hommes du contingent du colonel-major El hadj Ag Gamou, cantonné depuis quelques semaines au Niger. C’était devant le ministre de la Défense et des Anciens combattants en visite dans ce pays frère.

Le ministre de la Défense et des Anciens combattants, le colonel-major Yamoussa Camara, était récemment l’hôte du contingent de l’armée malienne qui s’est retranché au Niger après les événements du 22 mars.

Cette visite qui intervient au moment où les forces obscures qui pullulent au nord de notre pays notamment Ançar Eddine et le Mujao, qui se disent adeptes de la charia, sont en train de montrer leur vrai visage à la face du monde en détruisant plusieurs mausolées de saints à Tombouctou.

Cet acte est d’ores et déjà considéré comme un crime de guerre. C’est une troupe à la volonté inébranlable que le ministre a rencontrée. Les éléments du colonel-major El hadj Ag Gamou se sont dit prêts à libérer le territoire occupé et les populations du joug de ces gens sans foi ni loi.

N’est-il pas curieux de voir détruire des mausolées de saints hommes par des gens qui prônent la charia ou loi musulmane ? On est en droit de se demander de quel islam s’agit-il ? Iyad Ag Ghaly et sa bande de damnés savent plus que quiconque que ni eux ni personne d’autre ne peut apprendre aux populations de Tombouctou la pratique de la religion du prophète Muhammad (PSL). Pour la simple raison que l’appel à l’islam a été entendu à Tombouctou depuis des siècles.

Détermination

Le ministre s’est adressé à la troupe dans un langage franc et sans détour. En lui signifiant que personne ne viendra récupérer les régions occupées par les groupes rebelles à notre place. Il lui a fait savoir aussi que le gouvernement du Mali est en train de mettre en place un plan d’action en vue de reconquérir la partie du territoire occupée.

Cette visite a d’ailleurs surpris plus d’un Malien pour la simple raison qu’Ag Gamou avait déclaré publiquement qu’il a changé de camp avant de se retrancher avec ses hommes du côté du Niger. Et ce n’est qu’à son arrivée au Niger qu’il a justifié sa décision ambiguë en disant que c’était juste un moyen pour lui de sauver la vie de ses hommes. Une explication qui à l’époque n’avait pas convaincu nombre de Maliens.

Cela est bien compréhensible si l’on sait que des rumeurs avaient jeté sur lui des suspicions après le massacre d’Aguelhoc. Ag Gamou a tout de même affirmé qu’il n’est « pas pour la division du Mali. Je ne suis pas pour la charia ». Malgré la ferme volonté du colonel-major Ag Gamou et ses hommes de rejoindre leurs frères d’armes au Mali, il sera un peu difficile pour eux de regagner la confiance totale de ces derniers.

« Il n’y a que le Mali qui compte, après le Mali, il n’y a rien. Nous allons récupérer tout le territoire occupé par les bandits », a laissé entendre sur l’ORTM l’un des hommes du contingent. Si tous ces propos viennent réellement du fond du cœur, on peut affirmer sans se tromper que le contingent retranché semble reprendre du poil de la bête.

Il pourra être d’un grand apport dans la reconquête des régions occupées, mais d’un côté on se dit aussi que « l’homme n’est ni ce qu’il dit, ni ce qu’il fait, mais ce qu’il cache ».

Attendons de voir !

Diakaridia Sanogo

(correspondant local)

Les Echos du 5 Juillet 2012