Partager

Un groupe rebelle soudanais a affirmé vendredi à l’AFP avoir tué 79 soldats soudanais et miliciens au Nil Bleu, chef-lieu soudanais limitrophe du Soudan du Sud et théâtre de violents combats depuis septembre. Les 79 soldats et miliciens ont été tués dans des embuscades tendues mardi et mercredi dans une zone située à quelque 35 km de la capitale du Nil Bleu, Ed Damazin, a déclaré Arnu Ngutulu Lodi, porte-parole de la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N). Ces informations ne sont pas vérifiables, l’accès à la région étant très restreint, et le porte-parole de l’armée soudanaise ne pouvait pas être joint dans l’immédiat. Par ailleurs, neuf personnes ont été faites prisonnières, selon M. Lodi. « Nous suivons leurs préparatifs (…) et c’est la raison pour laquelle nous avons réussi », même si les forces gouvernementales essaient de se déguiser en rebelles, a-t-il dit. Les rebelles avaient fait état le 12 avril de la mort de 13 soldats et d’un rebelle au Nil Bleu, des chiffres démentis par l’armée. Le porte-parole des rebelles a accusé Khartoum de se servir du sujet de Heglig pour mobiliser miliciens et autres combattants contre le SPLM-N. AFP