Partager

Les rebelles du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) avaient auparavant annoncé la capture dimanche de 49 soldats de la mission ONU-UA (Minuad) et trois Soudanais membres présumés des services de renseignements de Khartoum. La Minuad avait elle affirmé que les soldats –55 selon elle–, n’avaient pas été enlevés mais qu’ils avaient été seulement « bloqués » et qu’ils cherchaient à obtenir la libération des trois autres personnes. « Nous avons relâché les soldats de maintien de la paix car notre enquête a confirmé qu’ils étaient venus dans la zone sans savoir qu’elle était sous notre contrôle », a déclaré à l’AFP le porte-parole du JEM, Gibril Adam Bilal. Il a indiqué que son mouvement retenait toujours trois Soudanais pour vérifier ce qu’ils faisaient avec les membres de la Minuad. « Si l’enquête confirme qu’ils ne sont pas des membres de la sécurité, nous les relâcherons immédiatement », a-t-il dit. Une porte-parole de la Minuad a affirmé que ces trois personnes travaillaient pour la mission de maintien de la paix de l’Union africaine-ONU, et non pour le gouvernement soudanais. « Ce ne sont pas des espions », a-t-elle assuré. AFP