Partager

Les rebelles du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) ont accusé samedi l’armée soudanaise d’avoir lancé une opération d’envergure contre leurs positions au Darfour, en dépit d’un accord préliminaire de paix dans cette région de l’ouest du Soudan. »Cette attaque fait partie de dizaines violations depuis mardi dernier de l’accord de paix. L’armée a notamment bombardé des puits, blessant 17 personnes et tuant des centaines de têtes de bétail », a affirmé le porte-parole du JEM Ahmad Hussein Adam.
M. Adam a dénoncé le silence des médiateurs et de la force mixte de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour (Minuad), affirmant que son mouvement allait « évaluer la situation en ce qui concerne la poursuite ou non du processus de paix ».Le 23 mars, ce mouvement rebelle avait déjà accusé l’armée de l’avoir attaqué. Le JEM a signé en février à Doha un cessez-le-feu doublé d’un accord politique devant déboucher, avant le 15 mars, sur une paix durable avec les autorités soudanaises. Mais cette date n’a pas été respectée et les deux parties doivent en principe reprendre les pourparlers en mai après la formation d’un nouveau gouvernement à Khartoum.AFP.