Partager


Si rien n’est fait, les poteaux électriques de l’Energie du Mali (EDM-SA) dans la Commune rurale de Kalabancoro , notamment aux environs du Cap et de la rue 741 à Tiébani , risquent de s’écrouler par la faute d’exploitants de banco qui ont transformé ces deux zones en une « carrière ».

La Commune rurale de Kalabancoro est réputée être un quartier qui abrite des carrières de sable et de banco. Tant et si bien que de nombreuses personnes y convergent pour y chercher leur pain quotidien. Les collines et les alentours de collines sont transformés en « carrières ».

Sans tenir compte du plan de lotissement et des investissements publics, les exploitants les ont transformés en carrière de banco. Conséquences : les poteaux électriques, haute tension d’EDM implantés aux flancs et sur les collines sont menacés d’effondrement.

Aujourd’hui, le constat est amer. Il ne reste plus rien de l’espace où sont implantés les poteaux. A tout moment, ces poteaux de relais peuvent se retrouver à terre. Malgré les menaces de certains chefs de familles, les exploitants continuent d’exercer sauvagement comme si de rien n’était.

Approchés pour savoir les vraies raisons qui les poussent à s’attaquer aux collines, les exploitants affirment que ce sont les propriétaires des parcelles accidentées des alentours des poteaux électriques qui sont responsables de la situation. Ils disent avoir reçu des autorisations des propriétaires de niveler leurs terrains.

A présent, dans les familles proches des « carrières » (près du Cap de Kalabancoro ou encore de Tiébani , rue 741), c’est la peur. Elles demandent l’intervention des autorités pour sanctionner les auteurs, mais également rappeler la mairie, la gendarmerie qui ont failli à leur devoir de surveillance des biens de l’Etat.

Il vous souviendra, il y a quelques années, que l’ancienne équipe de la mairie avait interdit l’exploitation des carrières de banco. Mais force est de constater que la gendarmerie chargée de veiller à la bonne application des mesures s’adonne à la violation des textes en y envoyant des agents collecter les taxes dans les carrières. Pis, ces textes sont foulés au pied par l’actuelle équipe qui est en train de renflouer ses caisses avec les taxes provenant des carrières.

« Effectivement, il y a un texte qui interdit l’exploitation du banco derrière les habitations. Mais nous ne pouvons que sortir les textes pour interdire l’exploitation de banco. Pour ce qui est de l’application des mesures, elle est du ressort des autorités sécuritaires de la Commune » , affirme un adjoint au maire qui nie toute responsabilité de la mairie.

Toujours est-il que le laxisme et la complicité des autorités communales et sécuritaires font que les poteaux électriques peuvent s’écrouler et faire des victimes. Il urge, pour l’EDM, de se lever et de prendre à temps toutes les mesures idoines afin que les alentours des poteaux électriques soient préservés.

Amadou Sidibé

12 septembre 2007.