Partager

Des pêcheurs somaliens ont demandé vendredi la fin des frappes aériennes internationales contre des villages côtiers de leur pays, dont ils disent faire les frais, quelques jours après un raid de l’UE contre une base de pirates. « Les pirates ne sont pas facilement identifiables, parce qu’ils se mélangent avec les pêcheurs — les bateaux sont les mêmes et les gens se ressemblent, sauf quand ils sont armés », estime Mohamed Hassan, pêcheur de la région de Harardhere, fief de pirates somaliens. L’UE a décidé en mars de durcir l’opération Atalante, lancée en 2008, en donnant son feu vert à « des mesures plus énergiques », avec la possibilité de « neutraliser » les dépôts des pirates, à savoir leurs bateaux et leurs réserves, notamment de carburants, sur le littoral. Mais pour un autre pêcheur somalien, Kahin Abdurahman, plutôt que de mener des raids aériens, les forces étrangères devraient envoyer des troupes au sol, capables de faire la distinction entre les pirates et la population. Mardi, l’UE a affirmé que son raid a « visé des bateaux de pirates sur une plage » dans la région de Galmudug, au centre de la Somalie, et qu’il n’a fait aucune victime à terre…AFP.