Partager

Des civils ont été tués et blessés par balles, grenades et obus à Rutshuru, dans l’est de la RDC, un bourg tenu par les rebelles du M-23 dont l’offensive contre l’armée a déplacé « plusieurs milliers de personnes », a indiqué Médecins sans Frontières lundi. La plupart ont reçu « des soins chirurgicaux d’urgence », ajoute MSF. « Les premiers blessés ont commencé à affluer mercredi matin vers 6H30 », raconte Patrick Wieland, chef de mission MSF au Nord-Kivu, qui s’est rendu sur place et est cité dans le communiqué. « On a soigné des plaies par balles, des plaies par éclats de grenade, des personnes touchées par des tirs d’obus ou des roquettes », précise l’ONG. C’est la première fois que des combats à l’arme lourde entre rebelles et armée ont eu lieu dans des zones densément peuplées de l’est de la RDC depuis le mois de mai, souligne MSF, qui décrit « la panique » de la population. Par ailleurs, « plusieurs milliers de personnes » ont aussi fui ces derniers jours vers Kanyaruchinya, localité située à quelques kilomètres au nord de Goma que les rebelles veulent encercler dans l’espoir de la faire tomber. « Elles viennent se rajouter aux quelque 8.300 personnes déjà déplacées par les combats depuis le 12 juillet dernier », souligne MSF. AFP.