Partager

Plusieurs militaires nigériens, dont des officiers, ont été arrêtés pour « tentative de renversement du régime » et « tentative d’assassinat » du président Mahamadou Issoufou, élu en mars, a-t-on appris mardi de source sécuritaire. Dans son édition de mardi, l’hebdomadaire indépendant Le Courrier évoque de son côté le placement en garde à vue, à la gendarmerie de Niamey, d’un capitaine et d’un lieutenant accusés d’« atteinte à la sûreté de l’État » ourdie par « des éléments de la garde présidentielle ». Des documents sur la mise en place d’un « Conseil national pour la restauration de la démocratie populaire » ont été saisis chez un civil, qui a réussi à « prendre la fuite », affirme le journal. Les informations du Courrier n’avaient pu être confirmées dans l’immédiat. La capitale bruissait depuis plusieurs jours de rumeurs sur un éventuel putsch dans cette ex-colonie française abonnée aux coups d’État depuis l’indépendance de 1960. Le président américain Barack Obama doit recevoir M. Issoufou vendredi à la Maison blanche, avec 3 autres chefs d’État d’Afrique subsaharienne francophone. AFP.