Partager

Après l’annonce des résultats provisoires et partiels par le ministre de l’Administration, L’Indépendant s’est rendu à la Commission nationale de Centralisation des résultats pour avoir une idée sur le niveau d’avancement de son travail. De notre entrevue avec les mandataires des candidats Oumar Mariko et Cheick Bougadary Traoré, il ressort qu’il y a une contradiction entre le taux de dépouillement (33%) annoncé par le ministre et celui indiqué par nos interlocuteurs (12%).

Selon Massiré Ly, le mandataire du candidat Cheick Bougadary Traoré, siégeant à la Commission nationale de centralisation des résultats au niveau du ministère de l’administration territoriale, » le ministre Moussa Sinko Coulibaly disposerait des informations que la Commission ignore et le prend pour responsable de toutes les dérives qui pourrait découlaient de sa déclaration« . Selon lui, contrairement 33% de dépouillement sur l’ensemble du territoire national, » la Commission de centralisation n’a dépouillé que 12,5% des bureaux de vote « . » La Commission n’a reçu que les données de 21 000 bureaux de vote. Nous avons travaillé que sur 2 000, soit 12,5%. Nous ne nous reconnaissons pas dans ces résultats annoncés par le Ministre et son comportement jette du doute sérieux sur le reste du processus « , a-t-il ajouté.

Même son de cloche chez le représentant du candidat Oumar Mariko, Mohamed Ag Akératane, qui se dit « étranger aux annonces faites » par le Ministre de l’administration territoire. Selon lui, cette décision du ministre Coulibaly » est unilatérale et jette le discrédit sur la sincérité de l’issue du scrutin présidentiel » de dimanche dernier.

« Nous nous reconnaissons dans les tendances dégagées par le ministre de l’administration. Ses informations confirment les résultats dont nous disposons. Et même si la tendance changeait, nous sommes prêts à aller au second tour, le 11 août prochain « , a indiqué le Mandataire du candidat Ibrahim Boubacar Keïta, Seydou Nour Keïta.

S. Guindo

L’Indépendant du 31 Juillet 2013